4 jours de Trail sur les volcans d’Auvergne

Ma première expérience de trail long à étapes, c’était en Auvergne avec la formule clé en main de Chamina Voyages. De ce séjour sportif sur mesure, je vous raconte tout dans ce nouvel article. 

CHAMINA VOYAGES

Cette agence conçoit des voyages depuis 35 ans et propose des vacances originales et adaptées à ses envies autour d’activités sportives. Il s’agit en majorité de randonnées pour tous les marcheurs : du débutant à l’aventurier aguerri, de l’amoureux des littoraux au passionné de montagne, du séjour en groupe au circuit itinérant. Pour Chamina, la marche est le meilleur moyen de visiter une région mais vous pouvez réserver un séjour à vélo, un autre multiactivités ou orienté sur le bien être, la marche nordique, le trail, seul(e) ou en famille avec les plus petits ( à partir de 5 ans il me semble ).

Moi j’ai connu Chamina par hasard, à l’époque où j’organisais sur internet mon Tour du Mont-Blanc et j’avais été surprise de la multitude de circuits proposés, du plus rustique en bivouac à la formule la plus confortable avec le portage de sacs… par des ânes ! Les prix plutôt bons marchés m’avaient fait hésiter à opter pour un trek organisé mais j’étais finalement partie seule.

QUELLE CONDITION PHYSIQUE POUR CE SEJOUR ?

Je suis hyperactive, je cours beaucoup mais j’ai pas un grand niveau en course à pied et en trail pour autant. Je pratique régulièrement la randonnée, le trail et le run mais je n’avais jamais enchainé autant de kilomètres et je ne savais pas comment répondraient mon corps et mes jambes. Sur le site Chamina Voyages, on parle de « niveau très soutenu« , mais en identifiant le terme « marche/course » je me suis sentie plus rassurée car ça, je connais. La fiche voyage est très bien faite et détaille jour par jour les étapes de cette « randonnée en liberté », la voici ici.

Sur la formule initiale, je devais courir 3 jours: 31km le 1 er jour, 43 LE DEUXIEME, 27 le troisième… Effrayant pour moi (quoi que pas si insurmontable que ça car faisable en marche). La force de Chamina Voyages c’est de proposer des itinéraires avec des options plus ou moins dures mais surtout, permettre la personnalisation complète de son séjour « randonnée liberté » et scinder certaines étapes quand c’est possible et c’est ce qui s’est passé.

D’un 3 jours un peu soutenu, je suis passée à une formule plus abordable en 4 étapes.

Il faut être très en forme, avoir une excellente condition mais si vous êtes marcheurs aguerris et n’avez pas peur des efforts longs, je sais que ça le fait. D’ailleurs sur la fiche technique du séjour, les heures d’activités estimées sont calculées sur le rythme de la marche rapide (sans pause cependant ) pour ne pas avoir de mauvaise surprise le jour J.

Ce trail sur les Volcans d’Auvergne convient à tous les profils sportifs, de la « débutante » comme moi à l’ultrafou qui souhaite faire du volume en vue d’une échéance avec dossard officiel en passant par Lilyrunning avec qui j’ai partagé les sentiers.

MON 1 ER TRAIL A ETAPES EN AUVERGNE

C’est donc avec mon amie bloggueuse Lisa que je suis partie du 18 au 23 juin 2018. Elle raconte son expérience dans un article spécial à lire ici.

Lisa est très bonne coureuse et pratique le trail bien mieux que moi. Elle prépare des courses que j’imagine même pas en rêve et pourtant, cette expérience lui a plu autant qu’à moi. Les 4 étapes ont été décomposées comme ceci à notre demande (et selon mon compte Strava ):

Jour 1 : De Volvic à Laschamps : 32km – 1500D+

Jour 2 : De Laschamps à Servières : 26km – 680D+

Jour 3 : De Servière au Mont-Dore : 24,2km – 910D+ (variantes plus courtes possibles ce jour là )

Jour 4 : De Mont-Dore à Besse : 28,5km – 1220D+

Nous avons personnalisé l’itinéraire en fonction des possibilités ( et de nos capacités du moment ) et avons même ajouté une nuit supplémentaire après la dernière étape pour nous éviter le trajet en voiture avec la fatigue accumulée.

LA FORMULE LIBERTE CHAMINA

Confort et tranquillité absolus avec cette formule ! Partez seul(e) ou en groupe d’ami(e)s aux dates de votre choix. Le prix est dégressif en fonction du nombre de participants.

Je pars très souvent seule alors j’étais critique et réservée sur ce qui m’attendait mais quelle bonne surprise ! Pas de réservation d’hôtels à faire, pas de restau à chercher, pas d’itinéraires à checker… tout nous a été simplifé.

Parlons cash: LE PRIX: c’est à partir de 465€ hors-transport. Comme je vous dis, c’est en fonction du nombre de participants et des nuits supplémentaires ajoutées ou non.

Sincèrement, je ne serai pas partie seule sans organisme pour un séjour de trail. Nous étions en demi-pension avec diners et petit-déjeuners mais le vrai luxe fut le transport de bagages entre les lieux d’étapes inclus dans le prix; je ne savais même pas qu’on pouvait se dégager de ce poids. Je me voyais déjà en autonomie complète à porter 10kg sur le dos, à remettre des culottes sales… mais pas besoin ! En randonnée classique ça ne me dérange pas mais en marche/course, c’est impossible de se coltiner sa valise !

J’ai adoré faire ma journée juste avec mon Camelbak (j’ai choppé le mien chez 42km195 Annecy pour info ) libérée de mes effets personnels chaque matin. Chaque soir sur le lieu de la nouvelle étape, nous récupérions notre bagage déposé dans la journée par un taxi préalablement commandé. Lors de notre arrivée à Besse, un transfert en véhicule nous a ramené à Volvic où j’avais garé ma voiture.

Une semaine avant le départ environ, nous avons reçu un dossier complet de voyage avec cartes IGN en format papier, carnet de route détaillé et toutes les informations utiles: mieux organisé que quand je m’occupe de tout toute seule…

L’AUVERGNE

Accroc aux Alpes et le Mont-Blanc, je ne savais pas trop à quoi m’attendre lors de cette découverte. Nombreux étaient les personnes qui avaient essayé de m’avertir de la beauté de la région mais c’est en parcourant moi même ces 111km et 4300D+ que j’ai commencé à les croire. Je ne savais pas si les auvergnats étaient seulement chauvins mais à l’issue de ces 4 jours je ne peux que vous conseiller moi aussi le coin.

Moins alpin que ma région fétiche du Mont-Blanc, la montée vers Le Puy de Sancy et la redescente sur Besse offrent cependant de beaux sentiers techniques en balcons.

Des pâturages, des sous-bois, des puys, des cratères, la faune nombreuse (vaches, moutons, chevaux… ) et la flore très en fleur m’ont plu et j’ai déconnecté comme si j’étais dans un autre pays alors que je suis restée à 2h de Lyon.

Attention cependant à bien choisir la saison de votre départ car il y a des kilomètres et des kilomètres de parcours… sans ombre et susceptibles de vous mettre le feu en période de canicule.

Par contre, si vous partez malgré tout en plein été, vous profiterez de quelques cascades rafraichissantes et de lacs très agréables sur certaines étapes alors pensez même au maillot de bain pour vous détendre à Servière.

Il y a cependant un spot auquel les auvergnats sont très attachés qui ne fait pas forcément l’unanimité et que j’ai pas trop kiffé… C’est le Puy-de-Dôme et son antenne métallique pourtant très utile ( C’est un relai de télévion qui diffuse France Inter, France 3 et de France Bleu ). J’ai une préférence pour les spots très natures et peu fréquentés hors comme l’accès y est possible en petit train avec le Panoramique des Dômes, c’est très très visité avec des infrastructures que je n’ai pas habitude de trouver à 1465m d’altitude telles qu’une boutique, des bars/restaurants… donc un peu moins charmant ou authentique qu’un sommet classique.

Je vous conseillerai plutôt de faire vos photos souvenirs de blogueuse dans la sublime montée en escaliers en bois et prendre à cet endroit là des clichés de la vue avant d’arriver tout en haut.

L’Auvergne ne se découvre pas qu’à pieds et en courant, elle se découvre aussi avec l’estomac et j’ai été ravie de manger tant de patates et de fromages afin de découvrir la gastronomie locale. Avec ce séjour itinérant, chaque soir vous logez dans une ville et un hébergement différent, ce qui permet de tester tout un panel de spécialités et quand vous avez fait du sport toute la journée, ça se déguste sans scrupule ! Ce qui est bien avec des vacances sportives pareilles, c’est que vous limitez le risque de revenir avec du poids supplémentaire alors que vous aurez mangé sans limite en multipliant les plaisirs.

Truffade, paté aux patates, glaces artisanales du Sancy, crumble aux myrtilles… j’arrête ici la liste !

Rien que dans le département du Puy-de-Dôme il y a 5000 kilomètres de sentiers balisés alors me fiez pas seulement à mon avis de rando/traileuse construit après 111km mais renseignez vous sur toutes les possibilités de la région sur le site de l’office de tourisme ici par exemple.

Sur le site de Chamina voyages, Il y a 34 propostions de voyage rien qu’en Auvergne et je comprends tout à fait pourquoi.

MON RESSENTI SUR CETTE EXPERIENCE SPORTIVE

C’était ma plus grande interrogation avant le voyage. « Serai-je capable ? Comment mon corps acceptera ça ? Vais-je me lasser ? Me blesser ?  »

Mon record kilométrique hebdomadaire avant le départ était de 54km ( en pleine prépa marathon… ), je sais courir 32km en trail une fois de temps en temps mais certainement pas 4 jours de suite alors j’étais un peu dans l’expectative avant mon arrivée à Volvic. Le premier jour devant le tout premier panneau au pied du Château de Tournoel, je n’étais ni excitée ou inquiète, je me suis fait confiance et finalement, tout s’est très bien passé.

La formule testée n’a rien de comparable à une course officielle avec l’enjeu du chronomètre, c’est une expérience à aborder en fonction de son niveau et objectifs personnels alors si on souhaite faire des pauses ou marcher, rien ne l’interdit. Les tracés m’étant été envoyés en GPX quelques jours avant, j’ai tout importé dans mon application Strava et sur VisoRando (Carte IGN sur la version payante que je possède ). Si vous avez une montre avec cartographie (ce que je n’avais pas à ce moment là ), c’est encore plus tranquille car vous n’avez pas à regarder votre téléphone de tout le parcours mais juste à suivre les flèches qui vous disent de tourner ou non.

La première étape à Volvic ( 32km/ 1500D+ ) avait laissé des traces et c’est le jour 2 que mon corps a ralé un peu ( 26km/ 680D+). Le troisième jour puis le 4 ème, je crois que je me suis habituée et conditionnée par la répétition de l’effort, c’est allé de mieux en mieux. Je crois même que j’aurais pu continuer à visiter l’Auvergne en baskets un 5 ème jour.

Déchargée de toute logistique avec le transfert de bagages, les repas pris en charges et le carnet de route qui nous explique tout, j’ai trouvé ça plus relax que mes petits aller-retours dans les Alpes à la journée. En effet, pas de temps de transport le matin et le soir ( tout démarre de votre hébergement), pas de repas à se préparer et d’affaires à ranger alors quand on a comme seul but dans la journée que « courir », c’est presque trop facile !

Les sentiers sont bien marqués ( pas de grand risque de se perdre franchement ), ils sont roulant pour la majorité d’entre eux, tout est « courable », et la diversité des paysages rencontrés composent la recette idéale d’une première expérience longue en trail.

Certes je suis allée lentement ( je marchais dans quasiment toutes les montées ) mais je n’ai jamais terminé une étape après 16h et le temps de repos a été suffisant.

Partie avec Lisa très rapide (enfin plus que moi ! ), nous avions mis au point une petite technique pour nous retrouver dans la journée et partager quelques kilomètres ensemble. Elle me laissait partir devant le matin et prenait le départ en différé (entre 30 min et 1h après moi ) pour nous retrouver à différents moment clé. Le réseau 4G étant excellent, dans le pire des cas nous aurions pu nous téléphoner si nous avions besoin.

EXPERIENCE SPORTIVE MAIS PAS QUE…

Les 4 jours ont été intenses mais tout n’a pas reposé sur l’aspect sportif.

De Volvic à Besse en passant par Laschamps , Servière et Mont-Dore, nous avons profité comme pendant de « vraies » vacances.

A laschamps, nous avons profité de transats dans le jardin de l’hôtel, au gite de Servière on a pris le temps de boire des coups et se faire des potes-randonneurs ( un groupe de 14 sexagénaires ), à Mont-Dore on a fait du shopping et Lisa ou moi n’avons jamais manqué de bavarder avec les autochtones croisés.

La motivation pour passer de la marche/rando au trail, c’est que vous terminez vos journées sportives plus tôt et à ce moment là ( entre 14H et 16h dans mon cas ), une deuxième journée qui n’a parfois rien à voir avec le trail démarre.

J’ai apprécié la diversité d’hébergements réservés par Chamina car nous nous sommes plongés dans différents univers.

Rustique à Volvic au pied du Château de Tournoël, grand luxe à Laschamps, déjanté et exotique au gite-refuge du Lac de Servière et très stratégique géographiquement au coeur du village adorable de la station de Mont-Dore.

Au delà de toutes ces heures d’effort, je me suis sentie vraiment tous les jours en vacances !!!

DANS MA VALISE…

La formule décrite ici est en demi pension hors-transport.

Dans ma valise, j’avais emmené un stock de barres de céréales, des compotes et fruits secs et je n’ai rien eu besoin d’acheter en cours de route pour me ravitailler. A part quelques extras ( glaces ou apéro ) , pas de mauvaise surprise niveau budget. Autant je mange beaucoup durant une randonnée en faisant une vraie pause pique-nique, autant pendant un trail j’avale quelques bouchées régulièrement et ça me suffit depuis le matin jusqu’au soir. Cependant, vous croiserez des auberges et de rares supérettes sur chacune des étapes.

Pour la première fois sur un effort long, j’ai réussi à boire une boisson chargée en glucides ( les vrais savent que je déteste le gout de ce type de produits ) et comme c’est la première marque que je tolère le gout sans vomir, je vous envoie vers ce lien ici pour en savoir plus. Pour info, il s’agit d’une boisson à la menthe ( je déteste les boissons à la menthe d’habitude ) développée pour Nutrisens… par François D’Haene.

Niveau look j’avais anticipé toutes les météos possibles avec 112km de vêtements dans ma valise et j’ai emmené deux paires de baskets. Une de trail en gore-tex un peu lourde ( Mes Cascadia 12 pourtant parfaites en temps humide ) et une paire trop belle et tellement confortable de Saucony ( Les White Noise Ride ). Le terrain n’étant pas très technique et le sol très sec (attention s’il pleut ), en étant prudent, les chaussures de route conviennent très bien.

Pour les geek, je vous donne une astuce : pensez à amener une multi-prise ! Entre la montre à charger, le téléphone, la batterie de secours et le reste… vous serez ravis d’y avoir pensé quand vous verrez qu’il y a peu de prises dans votre chambre.

POINTS FORTS

  • J’ai pris confiance en moi : j’ai fait 111km sans jamais trouver ça dur car je ne me suis pas mis la pression
  • La formule clé en main très abordable financièrement
  • La possibilité d’adapter son voyage sur mesure
  • J’ai aimé pouvoir partager l’aventure avec Lisa, bien plus forte que moi
  • Les tracés sont pensés par et pour des traileurs avec une très bonne répartition du dénivelé.
  • Le carnet de route très complet envoyé une semaine avant le début du voyage
  • Le positionnement éco-responsable de Chamina Voyage, membre de l’association « Agir pour un tourisme responsable« 
  • La randonnée liberté c’est l’aventure sans stress. On voyage où on veut, avec qui on veut sans se soucier de l’organisation ni de la logistique.

Pour finir de vous convaincre de vous lancer à votre tour sur le « Trail sur les Volcans d’Auvergne », voici la fiche le lien ici de la fiche technique de mon séjour et quelques photos souvenirs prises depuis mon téléphone…

 

 

 

 

Instagram
Facebook
Facebook
TWITTER
PINTEREST

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Facebook…

Ecris-moi !