Découvrir Les chemins de Compostelle

1567 km de sentiers son le lieu de départ, 65 jours de marche selon le lieu du départ ( exemple pris en partant du Puy en Velay ), Le chemin de Compostelle est un grand classique qui intrigue forcément la randonneuse-addict que je suis !

Aller à Saint Jaques de Compostelle, j’y pensais sans y penser mais j’avais mis cette idée dans un coin de ma tête pas trop planqué. Quand Gore-Tex m’a proposé de participer à une expérience de randonnée avec eux sur les 3 dernières étapes avant Santiago, j’ai sauté au plafond.

Une découverte du sentier mythique et des produits utilisant cette technologie : un vrai mix comme je les aime !

Le Concept

La vraie expérience proposée par Gore-tex, c’est de nous montrer l’intérêt de la grande randonnée plusieurs jours de suite… complètement déconnectés ! Une invitation de marque sans qu’on puisse utiliser son téléphone, c’est un concept qui m’a fait d’abord fait rire mais que j’ai tout de suite compris.

« Ce n’est pas ce que tu vois qui compte mais la façon que tu le regardes », la promesse ambitieuse du briefing de ces trois jours de marche est en adéquation avec mes envies du moment ( ça m’a rappelé immédiatement ma résolution #courirfree ).

Le parcours

Il est clair que nous n’allions pas y passer deux mois, relier La France à Santiago en une seule fois, non nous avons découvert le sentier de Melide à Santiago.

Mon avis sur ce choix est contrasté. Commencer ce chemin par les trois dernières étapes, c’est comme lire un livre par la fin, il est difficile ensuite de s’immerger complètement dans l’histoire et à la fois, j’ai trouvé cela parfait pour comprendre ce qui se passe dans la tête du pèlerin de marcher les 54 derniers kilomètres du chemin.

Compostelle n’est pas une randonnée comme les autres, c’est un pèlerinage.

El Camino de Santiago est très différent de ce que je connais. Moins vallonné ( sur cette partie en tout cas ), très roulant avec des voies larges, pas tout à fait au milieu de rien ( des passages bruyants au bord de routes ), j’ai vite arrêté le comparatif avec le GR du Tour du Mont Blanc ( relisez mon article ici ) car ce n’est pas le même style.

La démarche d’accomplir le chemin et souvent intime et personnelle. Chaque marcheur donne souvent un sens intime à ce voyage. J’appellerai davantage le marcheur « pélerin » que « randonneur » d’ailleurs. Certains partent un jour pour deux mois d’aventures consécutives alors que d’autres prendront des années à en faire des petits bouts, Santiago est un graal qui fait réfléchir.

 

Marcher Déconnectée

Chaque matin, le staff récupérait mon téléphone ne me le rendant que le soir alors pas d’images en story sur mon compte Instagram Foutrak . Et on fait quoi quand on est une geek alors ? Eh ben ON MARCHE les gars !!!

Et on remplit ses poumons d’air et sa tête de souvenirs… et le temps passe finalement très vite.

J’irais même plus loin : « privée » de mon téléphone et sans la possibilité de produire du contenu à partager immédiatement, je me suis sentie plus disponible et ça m’a même… reposé l’esprit !

Lors du jour 2, après 20 km dans les pattes, j’ai osé un run de 8 kilomètres en fin de journée car je n’étais pas fatiguée mais au contraire très en forme de n’avoir fait « que » marcher.

La French Team

On parle jusqu’à maintenant de découverte, d’évasion, de test produits ( j’en parlerai plus bas ) mais cette expérience Gore-Tex, je ne l’ai pas réalisée seule si vous avez suivi mes péripéties sur les réseaux.

Sur les voyages organisés par des marques, il est rare que nous soyons seuls car nous sommes plusieurs invités. En général on ne voit pas vraiment les gens avec qui je partage ces opportunités mais sur celle-ci je ne peux pas ne pas vous parler de la « French Team » , les autres dignes représentants de la randonnée/trail en France.

En effet, Gore-Tex avait invités une vingtaine de journalistes et/ou blogueurs du monde entier à  Madrid et nous nous sommes rapidement retrouvés entre français. Des japonais, une sud-coréenne, des italiens, une majorité d’allemands… et nous 5 !

Je vous présente Cam, Seb, Mehdi, Xavier : mes partenaires de marche jusqu’à Santiago !

Camille, C’est la fameuse CamDewood, rencontrée presque par hasard durant l’été 2017… sur une précédente randonnée au dessus de Sallanches. Je ne vous mens pas en vous disant cela mais c’est l’une de mes vraies blogueuses préférées. Sa plume est drôle, fait mouche, et je crois n’avoir raté aucun article ! Je vous remets le lien vers son blog qui mérite vraiment une visite : http://camdewoods.com

Seb, c’est l’ultra-traileur du groupe, le grand sage qu’on écoute des heures parler de tous les trails ou marathons auquel il a participé. Le site pour lequel il écrit, c’est Trail Session. des tests produits, des récits de course, ça devrait vous plaire à coup sûr !

Mehdi, je le connaissais sans le connaitre, nous avions participé ensemble à la High Trail Vanoise en juillet 2017 . il est coach de sport à Paris, a un profil multisport et parfois, il écrit ici. Au-delà de ses photos parfaites sur Instagram, son ouverture d’esprit est une vraie découverte !

Xavier, c’est le randonneur aguerri du groupe. Il pratique les sentiers depuis 1995 et a fondé le site Rando Zone. Je ne connaissais pas ce site mais si vous aimez comme moi l’univers du outdoor et du trekking, vous allez rapidement le mettre dans vos favoris. Xavier m’a donné envie d’explorer encore plus de nouveaux horizons avec ses récits. C’est à lui que je dois la majorité des photos de cet article ( et Mehdi aussi ! ) car si nous n’avions pas le droit de conserver nos smartphones, nous pouvions prendre des clichés avec des appareils photos ( et on en a fait un paquet ).

Ces trois jours ensemble ont participé à rendre cette aventure meilleure. Ce n’était pas prévu qu’on s’entende tous si bien et tant mieux, un blog trip avec une fille et trois mecs aussi cool à refaire le monde, c’est vraiment du bonus.

Santiago de Compostela

Durant cette marche, j’ai eu l’impression de voler leur place. La place de ses pèlerins « habités » dans les derniers kilomètres. La place de ses femmes et ses hommes qui achèvent sous mes yeux l’un des buts de leur vie quelqu’en soit la raison alors que moi j’en ai fait « seulement 54 kilomètres ». Quand après trois jours de marche je suis arrivée au but final de ce périple, je me suis faite toute petite.

 

 

La ville est habitée par une atmosphère très singulière. Je ne saurais vous décrire ce qui se passe à Compostelle mais j’ai ressenti une grande émotion et une sorte de « magie » entre les murs de cette ville. Toute notre French Team a eu ce ressenti.

Mon avis sur le chemin de Compostelle

Ce n’est pas en 54 km que je pourrai partager un avis sur un chemin long de 1565 kilomètres mais cette première approche m’a plue. Habituée aux dénivelés importants en montagne, les collines vallonnées espagnoles m’ont amené à un autre style de pratique de mon activité favorite. Plus facile, plus grand public qu’un sentier vertigineux dans les Alpes, il n’y a pas besoin de niveau physique en particulier ( il faut avoir une bonne condition cependant..)

L’approche de Gore-Tex fut la bonne. Loin de mon téléphone, je me suis sentie libérée et plus disponible pour profiter. Cette première expérience de Compostelle m’a laissée un goût de trop peu, peut-être qu’un jour j’en reprendrai le parcours.

Pour en savoir plus, il y a des tas de sites très bien qui vous en apprendront suffisamment sur « El Camino » mais moi je vous invite plutôt à aller lire les récits de ma copine CamDewood (encore elle ! ) car ce chemin, c’est presque le sien et elle le raconte très bien. Elle en a fait plusieurs tronçons et le finira bientôt.

Le finish dans un palace génial 

Je vous recommande fortement de terminer ce pèlerinage par le meilleur hôtel de la ville, le fameux Parador, magnifique et si bien situé. Vous apprécierez encore plus si vous êtes crevés quand vous serez à bout de fatigue au terme de votre aventure.

C’est un endroit de rêve pour terminer ce périple et certainement appréciable si vous avez parcouru une centaine de kilomètres (voire plus).

Et la technologie Gore-tex alors ?

Voici les deux articles testés lors de ce voyage sur les routes de Compostelle.

La Sportiva est une marque incontournable en montagne. Ce modèle est confortable, stable, respirant, parfait pour ces trois jours de marche. En technologie gore-tex, j’ai eu le pied au sec, nickel !

Cette veste… Ah cette veste… Le pied total, la pièce de rêve. Très chère lors de l’achat mais indispensable pour les randonneurs et randonneuses régulières comme moi.

Légère, géniale et plutôt qu’en parler en étant trop globale, en voici le détail :

« Conçue pour les sentiers, notre nouvelle veste imperméable Apex Flex GTX® est ultra souple, incroyablement légère tout en restant sèche. Un extérieur GORE-TEX® trois couches respirant imperméable bloque complètement l’humidité, tandis qu’une face en tricot doux et un dos en tricot stretch délivrent un confort qui n’a rien à envier à celui de votre pull préféré. La construction super légère favorise la mobilité quand vous vous démenez, grimpez et vous frayez un chemin vers la fin de l’étape ».

Lien vers la paire de Chaussures La Sportiva ici

Lien vers la veste The North Face ici 

Et la suite ?

Merci Gore-tex pour ces quelques jours de folie, à Xavier et Mehdi pour ces jolies photos et à vous de me suivre dans ces péripéties alors à très vite pour de nouveaux récits !

Instagram
Facebook
Facebook
TWITTER
PINTEREST

Related Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Facebook…

Ecris-moi !