Une nuit au Refuge de la Pointe Percée dans les Aravis

Cap sur les Aravis pour deux jours de randonnée avec une nuit au refuge de la Pointe Percée Gramusset, gardé pour la première fois en hiver.

J’aime de plus en plus la randonnée itinérante en raquettes et moi qui cherche sans cesse de nouveaux coins à explorer, cette première année d’ouverture hivernale m’a donnée envie d’explorer les Aravis sous la neige. Après la traversée du Thabor en raquettes et notre week-end à 2520m d’altitude en Vanoise , nous sommes cette fois partis à 4 de Lyon en co voiturant et j’ai réservé une nuit en pleine semaine au Refuge de la Pointe Percée – Gramusset sur le site de la Fédération Française des Clubs Alpins et de Montagne.

J’ai recensé plus de 10 refuges gardés en hiver dans cet article, n’hésitez pas à mentionner ceux que je devrais tester en commentaires.

Le Refuge de la Pointe Percée

Situé à 2 164 mètres d’altitude, sur la commune du Grand-Bornand en Haute-Savoie, le refuge se trouve au pied de la célèbre Pointe Percée, point culminant de la chaîne des Aravis à 2 750 mètres.

Edifié en pierres en 1899, détruit par une avalanche en 1914, reconstruit en 1928, il a été agrandi en 1972. Depuis, de multiples modifications et aménagements ont été fait (toilettes sèches, rangements, etc.) pour répondre à la demande aux évolutions de la fréquentation et du bâtiment.

D’importants travaux ont eu lieu en 2020 et 2021. Les travaux ont permis de : améliorer les conditions d’accueil des visiteurs en termes de sécurité et de confort, améliorer la performance environnementale du bâtiment, augmenter la fréquentation… Et accueillir le public en hiver pour le première fois pour une durée de 2 mois.

Dortoirs coquets, belle vue par la fenêtre, grande salle commune avec un espace détente ( livres et jeux de société ) , bonne literie, prises pour charger vos appareils, DU RESEAU, une terrasse… Mais surtout, un panorama à couper le souffle ! L’environnement est très minéral avec de nombreux lapiaz, et le refuge fait face à la chaîne du Bargy et au Pic du Jalouvre, offrant de magnifiques couchers de soleil.

Pour la cuisine proposée, j’ai eu le plaisir de découvrir un menu inclusif ( lasagnes végétariennes pour tout le monde ) et un petit déjeuner bien copieux ( du gâteau, des céréales et un jus en plus de pain et confiture )… Une demi pension de qualité ( tant mieux car les prix des repas sont plus élevés qu’ailleurs )

Si vous vous rendez au Refuge de la Pointe Percée – Gramusset avant la fin de l’hiver, c’est Christian qui vous accueillera. Toutes les infos sur le refuge ici .

Accéder au Refuge de la Pointe Percée en hiver

Attention, vous emprunterez un itinéraire non balisé pouvant être dangereux si les conditions sont mauvaises et si votre équipement n’est pas adapté ! Je vous mets en garde : si vous êtes totalement novice, adressez vous à bureau des guides ou rejoignez un groupe mené par un accompagnateur de moyenne montagne car cet itinéraire n’est pas idéal pour les débutants, il est réservé à un public averti.

Plusieurs accès en hiver sont possibles: depuis le Lac des Confins au dessus de la Clusaz ( hyper long et c’est loin ), du Col des Annes ( 450d+ par un sentier exposé je déconseille… ) ou depuis LES TRONCS après l’Auberge Nordique du Grand Bornand, l’option que nous avons choisi ( une navette depuis la station vous conduira là-bas car le parking est interdit ). J’ai l’habitude de la randonnée hivernale avec beaucoup de dénivelé alors je n’ai pas eu peur des 1100 mètres de dénivelé… Par contre j’ignorais que plusieurs portions comportaient… Du dévers exposé au vide !

Je suis la seule du groupe à avoir souffert de vertige et tant galéré.

Pour les différents accès, ils sont bien expliqués sur le site internet du refuge

Notre itinéraire le jour 1

Départ depuis l’Auberge Nordique du Grand Bornand après un transfert en navette depuis la station. Nous marchons un moment sur une route goudronnée avec un tout petit peu de pente jusqu’aux troncs avant de nous retrouver au départ des chemins. De nombreux panneaux indicatifs sont présents à cet endroit précis. Par chance, il n’y a pas de neige et la montée régulière par le chemin d’été en sous bois est facile et agréable.

Premier point de vue à Plattuy à 1560m en sortant de la forêt. Un chalet magnifique surplombe notre point de départ. C’est l’endroit où nous trouvons de la neige pour la première fois mais pas besoin de chausser les raquettes pour le moment.

Après la pause pique-nique, nous reprenons notre route car nous n’avons pas fait la moitié du dénivelé positif du jour. Nous empruntons encore le balisage d’été et au niveau du Planet ( à 1667m ), nous le quittons pour foncer en lacets vers le Col de l’Oulettaz ( 1925m ) où nous avons un superbe panorama de là haut. Jusque là, zéro difficulté et avec ces conditions de neige ( pas de chute depuis un mois ), nous n’avons pas mis nos raquettes accrochées sur le sac.

C’est à partir du col que les « ennuis » commencent pour moi. Je devine le chemin à prendre ( zoomez pour essayer de voir où nous devons passer ), j’observe les randonneurs marcher prudemment sur des sections très exposées et j’ai un peu peur de souffrir de mon vertige.

Nous décidons de contourner ces portions et grâce aux griffes de mes raquettes à neige, j’accroche très bien la pente sans une glissade ou chute à signaler. Même si j’angoisse vraiment, je savoure le paysage particulièrement beau sur toute cette partie au dessus de 2000m d’altitude.

La récompense après 8,5km, 1100D+ et quelques heures d’effort… Le merveilleux coucher de soleil depuis le Refuge de la Pointe Percée !

Jour 2: La Pointe des Carmélites

Avant de redescendre par le même sentier que la veille, nous prenons de l’altitude jusqu’à 2477m pour nous rendre à la Pointe des Carmélites, non marquée sur carte IGN mais plutôt connue des skieurs de randonnée.

Je ne ferai pas l’ascension finale sur rocher mais le point de vue quelques mètres en dessous de la Pointe des Carmélites est à tomber par terre… On observe toute la Chaine du Mont Blanc avec la montagne de Quatre têtes en premier plan.

Pour trouver le bon chemin, on remarque quelques cairns qui aident en été mais comme nous dans la neige, je vous invite à faire votre propre trace avec prudence. Pour la redescente, nous souhaitions passer par le Col des Annes pour varier mais le sentier en arête ne nous a pas semblé très engageant… Et nous n’étions pas très emballés par l’idée de croiser les remontées mécaniques et rejoindre la station de ski.

Bref, après une belle seconde journée ensoleillée, nous retrouvons l’Auberge nordique… Le week-end est terminé !

Avant de rentrer…

Passage par le centre du Grand Bornand et le Shed Café pour un gouter avant de rentrer puis traditionnel stop à la Fromagerie de Thônes pour faire le plein de reblochon !

One thought on “Une nuit au Refuge de la Pointe Percée dans les Aravis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suivez moi sur Instagram

Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress
Erreur : aucune publication trouvée.

Ecris-moi !

[recaptcha size:compact]