Randonner dans le Parc Naturel du Mont Avic

Bienvenue dans l’unique Parc Régional du Val d’Aoste. Près de 5800 hectares au coeur de Alpes, 100 km de sentiers balisés… Vous apprécierez la variété des paysages du Mont Avec en une journée ou sur plusieurs jours.

Le Parc du Mont Avic doit son nom à un sommet du même nom haut de 3006m mais c’est le Mont Glacier ( 3186m ) le point culminant de cet espace protégé qui ravira les amateurs de randonnée. Depuis les vallées de Champdepraz et Champorcher ( « les portes d’entrée » du Parc ), vous découvrirez des alpages, des forêts de pin à crochet et 103 plans d’eau dont 40 lacs environ autour de Champdepraz, caractérisant ce vallon. Les règles du Parc Naturel sont strictes : pas le droit de sortir du balisage officiel, il faudra garder son chien en laisse, ne pas faire de feu… Et le bivouac est autorisé seulement de 20h à 8H au dessus de 2500m d’altitude, entres autres.

Le Parc Naturel du Mont Avic se pratique à son rythme et selon ses envies seul(e), en famille ( j’ai aperçu de nombreux enfants ) , en courant… Ou en grand tour puisque le Parc Naturel du Mont Avic communique avec celui du Grand Paradis ( Regardez du côté de l’itinéraire du Giroparchi ) et se trouve également placé en partie sur la Via Alpina ( 19km de sentiers du Mont Avic appartiennent au tracé bleu ).

Le Parc est peu desservi par les transports en commun alors si comme moi vous voyagez depuis la France et avez peu de temps pour vous évader, il faudra privilégier la voiture ( parkings d’accès ). La saison recommandée pour arpenter les sentiers s’étend de mai à novembre selon les informations collectées sur le site du Parc du Mont Avic mais les chutes de neige en début et fin de saison pourraient vous empêcher d’aller partout.

La saison automnale est un excellent choix car les couleurs vous plongeront immédiatement dans une atmosphère un petit peu canadienne à certains endroits.

Ma découverte des lacs du Mont Avic

Départ depuis le centre d’accueil et d’informations du Parc de Champdepraz, juste en dessous de l’hôtel Mont Avic Resort à Covarey où je logeais la veille ( j’en reparle plus bas dans mon article ) . Les panneaux italiens sont très bien conçus car ils annoncent le niveau de difficulté à venir ( première partie classée « E » dite pour un sentier de randonnée sans difficultés techniques puis « EE » jusqu’aux Lacs, c’est à dire sentiers de randonnée pour randonneurs confirmés selon le site de la Vallée d’Aoste ) par contre, gros cafouillage au niveau des heures de marche écrites visiblement au hasard… Ne vous fiez pas à ces indications là.

Large chemin carrossable jusqu’au seul point d’eau de mon parcours ( Chalet de Servaz Desot au bout d’une heure de marche environ ) puis le sentier devient plus alpin avec des passages où la pente est plus raide. Je découvre une nature très préservée à l’ombre sous les conifères, beaucoup de points d’eau causés par la fonte des glaciers et enfin, le premier lac ( Servaz à 1806m ) . La montée n’est pas très raide mais elle continue avec quelques répits jusqu’au Refuge de Barbustel. Arrivée très tôt après 10km/1050d+ environ ( Comptez 3h30 de marche sans trop vous arrêter ou plus si comme moi vous marchez en groupe accompagnés d’un guide et faites une longue pause pique nique face au panorama ), j’explore les lacs en contrebas du refuge.

Lac Blanc ( 2153m ), Lac Noir ( 2166m) … Il m’en faut encore plus !

Allégée de mon sac que j’ai déposé au refuge de Barbustel, je monte rapidement au Grand Lac à 2485m ( +3,5km/ 350D+, comptez 1h/1h15 ) en passant par le Lac Cornu que je garde à ma gauche. Le paysage est plus minéral que la première partie de la journée.

J’aime évoluer parmi les cailloux, avoir le regard qui se perd parmi ce décor lunaire et deviner de loin le petit point d’où je suis partie et où je retournerai ensuite passer la nuit. Les Lacs au bord desquels j’étais prennent une autre dimension vus d’en haut.

Le Grand Lac est remarquable mais les couleurs étaient peut-être un peu sombres en fin de journée. Je vous conseille de partir tôt le matin et encore plus pour randonner en toute sécurité d’autant plus que cette partie du Massif est dépourvue de réseau. Vous pouvez d’ailleurs composer un itinéraire à la carte pour découvrir les lacs sur plusieurs jours, ainsi vous pourrez répartir le dénivelé sur plusieurs journées. Vous trouverez des itinéraires très bien conçus sur le site internet du Parc du Mont Avic pour préparer votre séjour.

Selon mon guide Paulo qui connait très très bien le Parc du Mont Avic et les montagnes du Val d’Aoste, la plus belle vue sur le Cervin et le Mont Rose est celle en haut du Mont Barbeston à 2483m.

Dormir au coeur du Parc du Mont Avic

Dormir en refuge est quasiment obligatoire si vous souhaitez randonner plusieurs jours au coeur du Parc du Mont Avic car les règles sont strictes et il n’est pas possible de bivouaquer en dessous de 2500m d’altitude, ce qui réduit fortement les spots possibles.

Le Parc recense les refuges « Misérin » , « Dondena » et celui de « Barbustel » où j’ai dormi à 2200m. Habituellement très très fan de l’ambiance de ces endroits simples et conviviaux, on ne peut pas dire que cette expérience me laisse un très bon souvenir.

C’est dommage car le Refuge est idéalement situé au dessus du Lac Blanc, la vue sur le Mont Rose de bon matin est sublime mais si les gardiens peuvent être rustres ( en étant malgré tout disponibles et efficaces ), celui-ci est carrément désagréable. Prise de chambres à 16h, douche payante ( 4 EURO LA DOUCHE ) avant 18h mentionnée nulle part ( donc à 18h14 c’était foutu pour moi ) et interdiction de rester dans la salle près de la cheminée quand la température extérieure a baissé ( « remontez dans vos chambres pour attendre le diner à 19h30 » ). Pour la cuisine, je suis très très mitigée également car même si on peut se resservir de l’entrée ( soupe minestrone excellente ), le plat à base de purée mousseline et petits pois en boîte m’a un peu laissée bouche bée ( jamais vu ça de mémoire ). Je vous laisse vous faire un avis avec le vin servi dans des verres en plastique et ce flamby industriel tout à fait inutile. ( j’espère que c’est seulement à cause des mesures covid car sinon la gestion des déchets au refuge Barbustel est très spéciale…)

J’entends bien que tenir un refuge n’est pas un métier évident, que les contraintes à gérer sont différentes d’un hôtel classique mais un accueil antipathique hors saison dans un lieu magnifique entâche un petit peu le souvenir global de l’expérience… J’émets très très rarement un avis négatif à propos d’un endroit ( les avis Google sont très positifs donc je pense que je suis mal tombée ce jour là, je n’ai pas d’autre explication ) mais je voulais vous décrire ma découverte totale du Parc du Mont Avic.

Le Refuge Barbustel étant le seul du secteur, j’y retournerai de toute façon en 2021 quand j’explorerai encore plus les sentiers alors j’espère que ce ressenti étrange ne va pas répéter.

un matin depuis le Refuge de Barbustel

Le Mont Avic Resort, l’étape idéale

Ici, rien à voir avec ma nuit en refuge… Le cadre est idéal et l’hôtel Mont Avic Resort très très agréable. Situé au dessus de Champdepraz dans la localité de Covarey, les bâtiments en bois s’intègrent parfaitement au paysage montagnard. Je ne sais pas si c’est parce que j’ai passé une nuit hors saison début septembre mais j’ai aimé entendre le silence. Oui oui, mais ne pas être polluée par le bruit de la ville ou une route est un vrai luxe que j’apprécie. Chambre spacieuse, hall d’accueil cosy mais surtout… Piscine et jacuzzi extérieur généralissime !!! Sommets autour de moi, grand et beau Chalet en bois… Le vrai rêve montagnard à s’offrir avant ou après une escapade dans le Parc Naturel du Mont Avic.

Pour améliorer encore votre expérience, n’hésitez pas à réserver une table près de la fenêtre du restaurant de l’hôtel pour profiter de la vue panoramique et goûter au menu tradition cuisiné avec gourmandise et finesse autour des meilleurs produits du Val d’Aoste.

Quel sac pour ce séjour ?

On me pose pas mal de questions à propos de mon équipement en montagne et même si je ne suis pas une grande référence, j’essaye de vous y répondre et cette fois, c’est à propos de mon sac. J’ai choisi le modèle Raidlight Responsiv 24l ( trouvé sur le site de Ekosport car en rupture de stock sur le site raidlight ) testé en février lors de mon stage de trail au Maroc avec Nathalie Mauclair pour m’accompagner dans cette découverte du Mont Avic.

Poids très léger ( 320g ), ergonomique, très pratique avec ses 11 poches pour tout garder à portée de main, j’aime qu’il puisse contenir deux flasques de 600ml et une poche à eau. Initialement prévu pour le trail long ( mon choix pour le Marathon des Sables avant son annulation ), il n’a aucun renfort au dos c’est pourquoi je ne le recommande pas trop pour les longues randonnées ( pour le coup mon choix va vers le sac à dos 38l et le 50l Lafuma ) si vous n’avez pas l’habitude de ce type de sac. Il est parfait pour les randos/courses avec nuits en refuges.

Instagram
Facebook
Facebook
TWITTER
PINTEREST

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Facebook…

Ecris-moi !

[recaptcha size:compact]