Randonner dans la neige: quel équipement choisir pour faire des raquettes ?

La randonnée en raquettes a une saveur tout à fait différente de la randonnée classique et dans cet article, on fait le point sur le matériel à choisir pour fouler les sentiers sous la neige.

J’ai tellement eu le coup de coeur pour la randonnée d’été que dès le début, je n’ai pas envisagé de couper ma pratique en hiver. Je me suis rapidement adaptée à la neige en achetant mes premières raquettes en 2015. À force de les avoir prêtées, j’ai cru les avoir perdues et cet hiver on m’en a offert une paire pour mon anniversaire: le modèle TSL 226 qui coûte autour de 110€.

Bien pratiques dans la poudreuse, pas toujours indispensables sur les sentiers damés ou verglacés, on fait le point sur le matériel que je recommande en fonction de mon expérience.

Déterminer de quel équipement on a besoin

Mon but n’est pas de vous pousser à la consommation à tout prix en découvrant la randonnée dans la neige mais de vous aider au maximum à réutiliser ce que vous avez déjà. Hormis pour les raquettes à proprement parlé ou les systèmes anti-glisses, peut-être que quelques pièces dans votre dressing de sportif conviendront très bien pour une pratique d’abord occasionnelle.

Dans cet article je vous orienterai dans des achats que je ferais pour moi si j’en avais besoin mais je vous parlerai aussi de location. J’adore le trail, la course à pied, je fais un petit peu de ski… Et j’ai tout fait pour éviter des investissements personnels supplémentaires.

Avant d’entrer dans le moindre magasin et faire chauffer votre carte bancaire, identifiez vos besoins en fonction de la météo, l’enneigement, le type de terrain, la qualité de la neige que vous rencontrerez ( poudreuse, sentiers givrés ou verglacés…) et l’intensité de votre pratique.

Le matériel nécessaire n’est pas le même en fonction de ces différents facteurs et selon la fréquence de vos sorties. La location ou les premiers prix des grandes enseignes peuvent suffire pour marcher 30 minutes / une seule fois dans l’année alors qu’en comparaison, la marche sur glaciers exige des équipements de grande technicité.

Choisir sa paire de raquettes à neige

La raquette à neige offre une large surface de contact sur la neige grâce à son tamis et il faut choisir le modèle exact en fonction de son poids de corps, en incluant celui du sac à dos que l’on portera le jour J.

Vérifiez que la paire que vous convoitez possède une « cale de montée », un système bien pratique dérivé du ski de randonnée qui se règle à l’aide d’un bâton télescopique ( ou en se contorsionnant parfois comme moi à la main hahahaha ) pour mieux aborder les montées. Sur une pente significative, vous aurez l’impression d’être un peu plus à plat, de quoi avoir les jambes et mollets immédiatement soulagés. Observez également les « crampons » ( des griffes ou pointes au nombre de 6 parfois interchangeables ) en dessous de la raquette. Les fixations doivent être larges et réglables et vous sembler solides. Pour le reste des aspects techniques, je ne vous donne pas plus de détails pour ne pas vous assommer d’informations mais si vous êtes vraiment intéressé(e) par ce type d’achat, rien ne vaut le bon conseil d’un expert en boutique spécialisée !

Je déconseillerai néanmoins le modèle Quechua premier prix à 55€ car le système d’attaches est en scratch et sans cale de montée… Sauf si vous les utilisez une seule fois dans l’année sur terrain plat. De mon côté, comme je vous le disais au début de l’article, je possède deux paires de la marque française TSL ( vendues chez Décathlon ) dont je suis plutôt contente. MSR Gear semble positionné autour de la « performance » avec une accroche agressive qui permet d’aborder en toute sécurité toutes les conditions d’enneigement. Je viens de découvrir également grâce à une abonnée d’instagram la marque Inook fabriquée dans l’Ain… Je vous laisse fouiner sur internet mais clairement, je suis ravie de voir que les marques les plus présentes sur ce marché croissants les produisent en France !

Pour celles et ceux qui recherchent un modèle innovant, la marque Evvo dont je parlais dans un précédent article consacré à la « Randonnée en raquettes dans le Pilat » propose des « snowshoes » ( autour de 200€ la paire ). Je n’arrive même pas à les définir entre « crocs/chausson/pantoufle » mais si additionner foulée naturelle et ergonomie vous intéresse, vous pourrez d’ailleurs les tester du côté de St Etienne à Terre de Running Montplaisir.

La meilleure période pour profiter de promotions est bien sûr de les acheter hors saison et guetter les bons plans. Les magasins d’usines déstockent une à deux fois par an, les loueurs bradent leur parc en fin de saison et parfois, les sites de seconde main proposent des paires quasi neuves.

Si vous ne souhaitez pas acheter de paire tout de suite, les loueurs proposent leurs services en stations ( entre 6 et 10€ en fonction du modèle ) et les magasins spécialisés en ville aussi ( Neige et Cailloux à Lyon, Espace Montagne… ). Pensez bien à réserver à l’approche du week-end pour éviter les files d’attentes de bon matin ou la rupture de stock le samedi et dimanche !

Avec ou sans bâtons ?

Je n’hésite pas une seconde dans ma réponse car après plusieurs sorties sans les prendre, je me suis rendue compte de l’intérêt des bâtons dès que je les ai utilisés. Pour ne pas acheter de bâtons spécifiques, je me suis servie de ceux que j’ai pour le trail. J’en possède deux paires mais ceux qui sont télescopiques sont plus appropriés. Réglables, vous pouvez les ajuster plus courts pour la montée et plus longs pour les descentes. En dévers ( dans les pentes transversales ), ils vous aideront à vous équilibrer et ils permettent une meilleure répartition de l’effort entre les jambes et le haut du corps.

Pour éviter que les bâtons s’enfoncent dans la poudreuse, pensez aux rondelles qui se vissent ou se clipsent. Accessoire peu cher et bien pratique !

Quechua, 3€

Quelles chaussures porter ?

Pour faire de la randonnée dans la neige, il faut une paire de chaussures confortables, chaudes, et résistantes à l’humidité. Les fixations des raquettes étant larges, des chaussures de randonnées hautes ou des après ski font l’affaire.

Dans le choix de votre paire, pensez à l’accroche de celle-ci car les passages sur bitume peuvent être très glissants et tomber sur le parking ou pendant la marche d’approche avant la randonnée serait malheureux ! Si vous avez des chaussures de randonnées basses, ajouter des guêtres empêchera à la poudreuse de rentrer dans vos pieds et vérifiez bien que la fixation des raquettes ne soit pas sur la cheville.

Pour conserver des pieds au sec, une paire de chaussettes waterproof peut compenser l’absence d’étanchéité d’une vieille paire de chaussures ( je parlais de mon choix dans cet article à propos de la « randonnée sous la pluie »). Je porte habituellement des chaussettes hautes d’hiver classiques et j’aime beaucoup celles pour le ski de Sidas Your Foot Compagny.

Comme ma paire de chaussures est fourrée, je n’ai jamais froid aux pieds.

Décryptage de la tenue parfaite du raquettiste

J’ai envie de vous dire que la tenue parfaite du raquettiste dépend de la sortie envisagée. Pour un effort doux sur des terrains sans dénivelé, vous vous réchaufferez moins que lors de longues sorties rythmées. Si je marche tranquillement, je me couvre plus que lors des randonnées sportives où le cardio travaille beaucoup.

Pour le haut du corps, je porte un première couche à même la peau ( microfibre ou mérinos ) par dessus un soutien gorge ou brassière sans couture ( Mes brassières fétiches ici ) pour favoriser l’évacuation de la transpiration; ensuite une 2 ème épaisseur isolante et thermique ( une polaire par exemple ) et je termine par une veste chaude avec capuche, plusieurs poches avec surtout une membrane déperlante voire carrément gore-tex. Je porte soit ma veste Odlo de running, soit celle de chez Craft Sportswear… Une veste de ski est moins respirante mais je trouve que cela fait très bien l’affaire ou se protéger du froid. Je ne dépasse jamais les trois couches car j’ai l’impression que les caractéristiques techniques de chacune s’atténuent si j’en porte trop.

Pour le bas du corps: pantalon de ski de rando, ski de fond, pantalon fourré, pantalons avec zips d’aération… Il y a plusieurs écoles. Pour faire au plus simple avec les affaires que j’avais, moi je porte un legging de running thermique bien moulant avec mon pantalon de ski aux guêtres intégrées par dessus. Parfois j’enfile un sur pantalon waterproof. Il est important d’avoir une protection contre l’humidité car vous pique-niquerez sûrement assis sur la neige.

Accessoires contre le froid: Sous gants, gants chaud imperméables, tour de cou, bonnet… Et lunettes de soleil !

Randonner sur des sentiers verglacés

Les raquettes à neige ne sont pas toujours indispensables en fonction du type de terrain. Sur les sentiers aménagés mis à disposition par les offices de tourisme des stations, le passage est tellement fréquent que des chaussures de randonnée classiques peuvent suffire. Le mieux est d’avoir toujours au fond de son sac une paire d’un système anti-glisse pour accrocher le givre ou le verglas.

Entre 10 et 30€, Décathlon propose des accessoires à glisser sous vos chaussures. Pour ma part j’utilise à l’occasion ma paire de yaktrax dédiée à ma pratique du trail blanc ( coût de 30 euro environ en magasins de running )

Quel type de sac à dos acheter ?

En faisant des recherches pour rédiger cet article, je suis tombée sur ce sac à dos TSL modulable ( entre 15 et 30l de contenance) sur lequel vous pourrez accrocher vos raquettes mais un sac à dos classique convient tout à fait. Entre 25 et 30l pour mettre toutes vos affaires de la journée. Mon petit truc, c’est d’emporter une théière ou cafetière pour se réchauffer et surtout, une gourde isotherme pour conserver l’eau tempérée car rien de pire que de boire de l’eau gelée !

Quelque infos à propos de la sécurité

Ne sous estimez pas l’effort physique et les risques liés à la randonnée raquettes et encore plus si vous explorez les montagnes hors des pistes. Couverture de survie, trousse à pharmacie de secours… Et un détecteur de victimes d’avalanches de type Arva obligatoire pour les sorties les plus engagées. Sans connaissance particulière de la montagne, je m’adresserai à un guide professionnel pour encadrer ce type de sorties.

J’espère que cet article ( sponsorisé par aucune marque mais juste pour le plaisir de partager ) vous plaira autant qu’il vous aidera, bonnes sorties raquettes à tous !

Pour trouver des itinéraires sur le blog:

Manigod

4 circuits dans la Vanoise

Destination Pilat

Les Menuires

Instagram
Facebook
Facebook
TWITTER
PINTEREST

4 thoughts on “Randonner dans la neige: quel équipement choisir pour faire des raquettes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Insta…

This error message is only visible to WordPress admins

Error: API requests are being delayed for this account. New posts will not be retrieved.

There may be an issue with the Instagram access token that you are using. Your server might also be unable to connect to Instagram at this time.

Sur Facebook…

Ecris-moi !

[recaptcha size:compact]