La route suisse de Chamonix-Zermatt

En tant que randonneuse fan des Alpes, il était temps pour moi de découvrir le CERVIN ( à cheval sur la frontière Suisse et italienne ) lors d’une itinérance sur la route Chamonix-Zermatt

Le Mont-Blanc est habituellement mon repère ( j’en avais fait le tour en 2017 souvenez-vous ) mais le Cervin ( ou Matterhorn ) est un mythe qui attisait ma curiosité de randonneuse.

Cette montagne suisse est très connue car elle se reconnait facilement parmi toutes avec sa forme de pyramide. Toblerone a carrément utilisé son image pour son logo !

La Route suisse Chamonix-Zermatt

Relier ces 2 capitales de la montagne se mérite. Comptez 10 à 15 étapes pour parcourir cette haute route en été par les sentiers en fonction de votre itinéraire et les variantes. Vous pouvez tout à fait en faire quelques morceaux ou les tronçons les plus emblématiques en fonction de votre temps et votre niveau.

Des agences de voyage proposent bien sûr toutes sortes de circuits accompagnés sur la route Chamonix-Zermatt. Pur ma part, j’ai choisi une formule liberté pour avancer à mon rythme avec mes acolytes de trek. Voici le parcours décrit par Altitude Mont-Blanc. Il s’agit d’une version TRES sportive mais comme je vous dis, il existe des variantes ou des condensés de parcours très intéressants.

Mon parcours sur la route suisse Chamonix-Zermatt

Jour 1: Villa, Col de Torrent, Barrage de Moiry, Zinal

Trek pluvieux, trek heureux ?

Dans la navette qui nous conduit jusqu’à Villa( notre point de départ au dessus d’Evolène ), le déluge inonde la route et les vitres du bus. L’étape qui s’annonce est la plus longue de ces 4 jours et les conditions ne semblent pas être réunies… Pourtant à 9h du matin tout le monde est prêt pour découvrir le parcours. Nous espérons que les prévisions se tromperont et que la pluie ira tomber plus loin. Nous partons chacun à notre rythme et moi je choisis d’y aller tranquille pour ne pas me cramer pour la suite. Sur un trek itinérant, la gestion de l’effort est indispensable.

En 2H06, je rejoins le Col du Torrent après 1150d+ et heureusement, il me reste des forces et la pluie s’est arrêtée. Redescente vers le fabuleux Barrage de Moiry à l’eau couleur curaçao avec une pause déjeuner rapide. L’orage doit tonner à partir de 14h et il nous reste beaucoup de kilomètres à parcourir et il est 13h. A ce point du parcours, uns second col nous attend: 3km / 650D+ pour digérer.

L’ambiance est très particulière avec une vue sur les paysages qui se bouche peu à peu. Le rythme de ce trek est à la hauteur de mes espérances: je me situe au milieu du groupe à l’allure de 650D+/ heure pour passer le deuxième col !

3 min de pause sous la pluie au Col de Sorebois et on se dirige vers Zinal par une descente moche/raide/ dans le brouillard sous des remontées mécaniques ! 

Nous arrivons à l’Auberge Alpina tenue par un couple de belges forts sympathiques qui tiennent un établissement charmant et la journée se termine par un curry de poulet et du riz ( notez bien ces détails qui n’en sont pas haha )

Jour 2: De Zinal à Grüben

Aujourd’hui, nous avons deux possibilités pour rejoindre Grüben: Le Col de Meidpass ou celui de la Forcletta. Dans les deux cas, nous aurons une journée longue et intense même si la seconde option semble être la plus courte.

D’ordinaire, les agences de voyage proposent aux randonneurs de passer par la Forcletta car par Meidpass, il faut une sacré endurance ( Comptez 9H30 de marche selon les topos ). La variante « courte » fait de l’oeil à 10 d’entre nous dans le groupe. Un col raide et minéral, une variante en crête pour atteindre les 3000 mètres d’altitude… Je suis conquise ! 

La montée par les alpages de Zinal s’effectue par beau temps avec de très beaux paysages.

On alterne les raidillons et les replats avant la dernière « ascension » vers le Col de la Forcletta ( 2874M). Avec certains garçons du groupe, nous sommes chauds bouillants pour torcher les 350 derniers mètres de montée pendant que le bouquetin du groupe Vincent fait des aller retours dans la montée/descente en courant pour nous attendre ! Aller-retour en crête pour dépasser les 3000m d’altitude puis redescente vers Grüben pour achever ce chouette deuxième jour.

Les lacets se succèdent, nous traversons une forêt et arrivons enfin à l’Hôtel Weisshorn après 7h de marche. Le bâtiment est superbe, le jardin est très agréable mais le reste des prestations est très très bas de gamme. Dans le groupe, nous sommes unanimes pour dire que le repas était composé en majorités de plats industriels ( poulet et riz comme la veille )... Il existe des chambres qui semblent très sympathiques mais les dortoirs au 4 ème étage sous les toits sont très sommaires. Autour de Grüben, il n’y pas vraiment d’autre alternative.

Jour 3: Grüben, Augstboard Pass, Saint Niklaus

Sans raison valable, je n’ai pas dormi de la nuit ( enfin seulement de 5h à 8h pour être exacte) malgré un dortoir de 12 très calme. Je me réveille groggy après une nuit à être malade. Je n’ai pas faim et n’arrive pas trop à petit-déjeuner… Par expérience, je sais que la journée va être compliquée.

On quitte Grüben droit dans la pente mais tant pis, je suis mon propre rythme. 1100D+ de montée consécutive nous attendent et je ne veux pas cramer mes dernières forces en marchant trop vite. On remonte un champ derrière l’hôtel, on rejoint une forte de mélèzes jusqu’à un alpage où Sandra, Mélanie, Anaïs et Mélanie m’attendent pour ne pas marquer trop d’écart avec le groupe et ça m’aide beaucoup mentalement. 2H30 plus tard, me voilà au Col d’Augstboardpass.

Heureusement que je suis bien acclimatée à l’altitude depuis mon précédent trek au Pérou car ce Col se trouve à 2892m. Un aller-retour sur un sommet à 3200m est possible mais je ne me sens clairement pas assez en forme pour en profiter et en plus le ciel est très nuageux, ce qui laisse penser que la vue ne sera pas vraiment dégagée. J’attends mes acolytes transie de froid pendant 45 min, je les regarde pique-niquer pendant que je picore ( la faim n’est pas revenue ) et 1H20 après être arrivée, j’attaque la ( longue ) descente. 1800D-… Un ratio parfait pour s’exploser les quadriceps !

J’aime pourtant TOUT de cette longue descente au paysage INCROYABLE. Le sentier traverse d’abord des gros blocs de cailloux, puis se transforme en chemin en balcon DIVIN… Que du plaisir et encore plus parce qu’on se laisse aller niveau rythme. Une pause par ci, une pause par là… Et même une glace à la buvette de Jungen.

Il reste encore 1H25 de descente selon le panneau. Les groupes de marche se forment et se reforment au cours de la journée… 20km/1160D+ et 1800D- plus tard, nous voilà tous réunis à Saint-Niklaus !!

Dommage que j’arrive tard à l’hôtel La Réserve car je n’ai pas le temps de profiter de ma chambre confortable. Cet hôtel répond très vite à nos envies et attentes de randonneurs. On en a tous marre du poulet/riz tous les soirs ( ok on a mangé pareil seulement deux jours ) et on rêve de GRAS, de nourriture réconfortante et de spécialités à base de fromages. Ici, on nous propose au menu DES PIZZASSSSSS ! Il ‘en fallait pas plus pour cette dernière soirée sur le chemin Chamonix-Zermatt, nous sommes RAVIS.

Jour 4: De Randa à Zermatt par l’Europaweg

Réveil et départ matinal jusqu’à la gare de St Niklaus pour prendre un train qui nous emmène à Randa dès 6h36.

Début d’étape une fois de plus très pentu dès la gare ( on commence à prendre l’habitude ) jusqu’à la célèbre passerelle suspendue de Randa ( La passerelle Charles Kuonen ). Excitation et apréhension mêlée pour affronter ces 494m dans le vide. Il est 8h environ et nous faisons partie des premiers touristes de la journée. Nicolas a peur du vide mais c’est le premier à se lancer et il rejoint l’autre bord assez rapidement. De mon côté, je traverse tranquillement avec mon petit groupe du jour et je trouve que ça bouge beaucoupppp pendant les 15 minutes passées sur ce drôle de pont. La suite de l’étape rejoint le célèbre sentier de l’Europaweg en balcon face au panorama des 4000 du Valais et le Cervin se rapproche de plus en plus. Ce chemin en balcon est impressionnant !!! Si vous êtes très sensibles au vertige, je vous conseille de vous abstenir. Entre la passerelle, le tunnel, les passages exposés au vide avec des mains courantes… Cet Europaweg a un coté aventureux tout en restant très sécurisé.

Je n’avais jamais entendu parler de ce sentier réputé parmi les plus beaux des Alpes mais il est aménagé de Grächen à Zermatt. Comptez 33km/2500D+ pour la totalité du tronçon mais en prenant le train jusqu’à Randa, vous profiterez d’une belle partie d’étape.

De notre côté, ,nous devons rejoindre l’arrivée rapidement avant 14H30. Le rythme laisse peu de répit mais ça me va bien. Pause pique-nique face au merveilleux Cervin, redescente par les alpages et les forêts au dessus de Zermatt et 21km/1500D+ plus tard… Le jour 4/4 et terminé ! 

Organiser sa traversée Chamonix-Zermatt

Pour les « débutants », je vous conseille vivement de passer par une agence de voyages traditionnelle en circuit accompagné, prendre les options faciles quand vous en avez la possibilité ( vous rencontrerez parfois des bus ou des remontées mécaniques pour raccourcir ) et ne pas faire un découpage jour par jour trop ambitieux.

Pour les autres, un séjour en formule liberté est idéal car l’agence vous fera parvenir un carnet de route, des traces GPX et réservera pour vous les hébergements en demi pension. Des options avec transfert de bagages ( en supplément ) sont possibles… Ce qui est parfait pour les plus sportifs qui souhaitent effectuer les étapes en courant.

Cette partie de la traversée suisse Chamonix-Zermatt et les 4 étapes que je vous ai décrites ne présentent pas de difficultés particulières ( même le tronçon aérien de l’Europaweg et la passerelle suspendues sont très bien sécurisés ) . Si vous êtes endurants, il y a bien sûr la possibilité de démarrer de Chamonix, rallonger les étapes et vous inscrire aux trails de la Swiss Peaks et/ou celui de l’Ultra Monte Rosa qui empruntent une partie du parcours.

Si vous avez le temps, prolongez un peu votre séjour à Zermatt, une charmante ville de montagne où j’aurais aimé me reposer après ces 85km/6000D+.

Attention pour les français en Suisse, le coût de la vie vous semblera élevé !

Le matériel choisi pour ces 4 jours de randonnée

1 / Mes chaussures de randonnée Cimalp préférées

2 / Ma montre Garmin Fenix 7s Sapphire Solar

3 / Mon sac à dos Raidlight 24l n’est plus disponible nulle part ( j’ai pourtant cherché encore et encore ) mais Seb ( un de mes acolytes de rando ) a craqué pour un joli sac Oxsitis de 30l et je le trouve polyvalent pour le trail comme la randonnée. La référence ici

Si vous vous faites transférer les bagages, un sac de 20/25l suffit ( test ici des sacs Lowe Alpine )

Merci à mes acolytes de treks pour ces 4 jours partagés et Chamina Voyages pour ce programme inédit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Insta…

Ce message d’erreur n’est visible que pour les administrateurs de WordPress
Erreur : aucune publication trouvée.

Ecris-moi !

[recaptcha size:compact]