Tour du Mont-Blanc : Jour 10

JOUR 10 : « La Flégère direction les Houches ».

La nuit a été difficile. Le froid dans le dortoir a épuisé tout le monde. La moitié des randonneurs renonce face aux conditions climatiques pas faciles. En effet, il pleut à grosse gouttes dehors, on ne voit rien du tout et cette étape emmène très haut (2525m) hors on a confirmation que la neige a tenu. Le tracé officiel n’offre pas de variante ou d’itinéraire bis, la seule façon de contourner les obstacles est de redescendre par le télécabine dans la Vallée de Chamonix et prendre un bus jusqu’à la gare.

Ca ne se terminera pas comme ça. Plus de 150km, les milliers de mètres de dénivelés, ma douleur au pied silencieuse, non je ne vais pas abandonner, le rêve est en train d’être réalisé.

Certains prennent ce départ, d’autres pas, je seraient de celles et ceux qui vont monter au Brévent. Guiyum part en même temps que moi. On fait cette photo, on se marre d’être habillées comme des sacs poubelle, bonne ambiance générale. Glissades, sentiers très étroits, cette étape réunit tout l’envers du décor de mes photos Instagram. Je vais en chier, parfait pour cette dernière randonnée.

Au niveau de Planpraz, l’hawaïo-sud coréenne marque une pause, moi j’ai trop froid en marchant à son rythme, je lui dis « à plus tard » sauf que je ne la reverrai pas et je ne le sais pas. J’attaque les premiers lacets enneigés. Soit-disant 1H45 avant de rejoindre le sommet du Brévent.

Avec la neige au sol, celle qui tombe, je mettrai 2H15 à grimper, il fait -2 degrés. Heureusement que j’ai les bonnes chaussures, des bâtons car c’est plus technique que jamais, on glisse alors que le sentier est totalement dans le vide. Il parait qu’on est censés voir d’ici mieux qu’ailleurs toute la chaine du Mont-Blanc, je ne vois même pas à deux mètres, je m’en fous du paysage, je veux pas me planter comme ça et maintenant au milieu de rien. Malgré mes gants, mes mains congèlent, j’ai froid et j’ai mal. J’ai l’impression que je fais n’importe quoi et que je devrais pas être là. J’aurais dû redescendre en télécabine avec les plus prudents. Je suis terrorisée. Je ne vois pas mes pieds, la neige continue à tomber. 2H15 d’angoisse totale, 2H15 interminables où je ne suis plus tout à fait moi… mais qui est cette personne qui ne se sent plus capable tout à coup ?

 

Croiser le trio irlandais pétomane entre le Col du Brévent et le sommet du Brévent me fait soudain super plaisir. Je suis pas loin de chouigner comme une gosse et eux parlent…de bière ! Ils sont incorrigibles ! J’ai bien besoin de penser à autre chose et sourire alors j’assure mon pas proche du leur. Nous formons une chaine invisible de randonneurs. Les irlandais, d’autres. Je ne suis donc pas inconsciente, d’autres connaissent les même frayeurs sur ce GR de l’enfer. Personne ne se plaint, personne ne râle, nous arrivons tous enfin au sommet du Brévent, recouvert d’une épaisse couche de neige. Dommage pour la vue fabuleuse depuis le Belvédère, je reviendrai. Je suis fière d’avoir combattu mes démons et cru en ma possibilité d’y arriver.

La suite, c’est comme un méli-mélo. Non pas que je n’en garde aucun souvenir mais la descente qui a suivi se résumerait à une sorte de fuite. 1700m de dénivelé à perdre, c’est long et tant que je suis pas arrivée à 2000m d’altitude ce fut une vraie galère.

Je devais rejoindre Guiyum au Refuge de Bel-lachat. Je l’ai jamais trouvé. Ni le refuge, ni Guiyum. Je ne me suis pas arrêtée quasiment. Seulement pour boire ou vérifier sur ma carte que j’étais pas paumée. Cette étape n’est ni la plus longue, ni la plus difficile d’aspect technique par temps sec mais là j’exagère rien, ce fut vraiment très très compliqué. Il y a eu des échelles dans le vide, des chaines, des passages rocheux très escarpés. Sac à dos, fatigue, le poids de ces 9 précédents jours, je garde pourtant aujourd’hui un super souvenir de ces 21km (175O D- et encore du D+ ). La fin de la descente par le Parc animalier de Merlet fut tout à fait différente. Difficile à croire mais il a fait 12 degrés et le soleil a fait quelques percées.

Un famille de bouquetins sur mon chemin, pas une âme de croisée, 3H seule pour terminer, je serais gênée de plus vous en parler.

Autant je suis volubile sur le début de ce compte-rendu, autant je resterai pudique sur les derniers kilomètres de cette aventure unique.

Je me rappellerai toujours de cette dernière ligne droite en sous-bois, concluant 21KM/1752D+ finalement agréables (Dernière étape sur Strava ici  , n’hésitez pas à m’ajouter : FOUFOU FOUTRAK).

Ne plus vouloir rejoindre la gare. Et puis la voir.

Tu l’as fait Laura. Tu l’as fait et c’est cela. Seule. Dans la montagne, ta Montagne.

Une fille ordinaire qui vit un rêve extra-ordinaire.

Dépassement,

beauté,

rencontres,

difficultés,

facilité,

doutes,

certitude.

177,3km/ 12150D+

#LETOURDUMONTBLANCBYFOUFOU

 

 

Instagram
Facebook
Facebook
TWITTER
PINTEREST

24 thoughts on “Tour du Mont-Blanc : Jour 10

  1. il se fait tard, mais je n’ai pas pu résister à lire ce compte rendu en entier… Je n’ai aucune gros trek ou grosse rando à mon actif alors je ne peux ressentir ce que tu as dû ressentir durant ces 10 jours. Ton expérience donne simplement envie de se lancer… Ces sentiments de solitude, d’envie d’ailleurs, de se (re)découvrir soi même, tester ses capacités, je les ai aussi. C’est pourquoi, début 2018, j’ai décidé de partir. Seule! pendant 1,5mois voir 2mois pour faire le point, savoir ce que je veux – étant sans cesse en train de changer d’idée, je sais pas si à mon retour je serai bien plus avancer lol – et par la même occasion rendre visite à une amie (la bonne excuse!). J’angoisse à l’idée de partir seule, même si je sais qu’il y aura des rencontres et que les mauvais moments seront vites oubliés pour garder que les meilleurs.

    Ent tout cas, tes comptes rendus m’ont ramené à plus d’1 an en arrière lorsque j’ai supporté mon père pour l’OCC. C’était magique. Ces paysages, l’ambiance, le voir arriver au bout de la ligne, les encourager.., Il aime la montagne et je commence à aussi l’aimer. Maintenant, j’ai envie de faire le tour du Mont Blanc avec lui.

    + de confidence: #1 Le duo Graham/Niçois je trouve cela très révélateur et beau, deux personnes qui ne parlent pas un mot de la langue de l’un et l’autre, mais qui font le voyage ensemble. C’est fou! Preuve que l’échange, les valeurs humaines, les belles rencontres existent encore même si parfois notre monde nous fait perdre la tête.
    #2 La croûte ça a l’air délicieusement bon ;D
    #3 Plateau de fromage en dessert, j’en serai bien capable (grossesse faiblesse pour le fromage haha)
    #4 MERCI pour ce beau partage <3

    1. Merci Louise pour ton passage et d’avoir déjà tout lu, et je suis contente de voir que même si on ne marche pas du tout en mode trek on comprend l’essentiel, comme tu le dis si bin pour Michel et Graham 😉
      1,5 mois ou 2 : wouaouh !!! même moi j’oserais pas ! j’espère que tu en écriras un CR que je lirai avec un vrai plaisir !!

  2. J’ai lu, ri, frissoné, j’ai presque eu froid et mal au pied.
    Merci pour ce récit.
    Et juste Bravo Laura.
    J’ai toujours su que tu irais au bout.
    Cette aventure est un rêve pour beaucoup.
    C’est devenu ta réalité.
    Et ça restera à jamais.

  3. Je viens de lire les 11 articles d’une traite et moi qui ne pratique absolument pas la randonnée (runneuse dans l’âme) j’ai trouvé passionnant de lire ces comptes rendus! L’expérience n’aurait sans doute pas été la même si tout s’était déroulé sans aucun accroc, les petites galères c’est aussi ce qui donne du charme, même si on ne l’apprécié pas sur le moment^^ merci d’avoir partagé cela!

  4. Ok, c’est fini.
    J’ai tout lu (comme le mentionnent mes commentaires précédents ;)).
    D’une traite (pareil ;)).
    Très fort, ce récit, j’apprécie vraiment, on s’y croirait. Ca donnerait presque des idées… presque 😉
    Les mots que tu poses à la fin de cet article sont très justes, très personnels, très beaux.
    J’ai adoré :
    – les paysages
    – ton honnêteté sur les difficultés du parcours
    – ton combat et tes victoires contre toi-même
    – ce binôme de retraités
    – cette rencontre fortuite avec cette Hawaïenne en balade en même temps que toi
    – les gros plan sur les bons petits plats !
    et tellement de choses encore…
    Merci pour ce super récit !

  5. Coucou, je viens de finir cette belle lecture qui m a amené autour du Mont Blanc quel plaisir grand merci je t ai suivi dans tes story en septembre et j ai pris bcp de plaisir de te lire jusqu’ au bout .Je comprends toutes les étapes personnelles que tu as passé pour avoir fait el camino del norte je ne retiendrai malgré des peurs et douleurs que le bonheur d aller vers son objectif.Cet été je ferai aussi le tour du Mont Blanc et je penserai bien à toi. GRAND MERCI Laura .bonne continuation et continue de partager c est super. Je te souhaite de vivre plein de bons moments(victoire_lib sur insta)

  6. Juste bravo et merci Laura ! Tu peux être fière de ton parcours ! J’ai tout lu d’un coup. C’est drôle (enfin je sais pas si c’est le bon mot) mais ton récit est différent des photos. Elles ne montrent les coups de mou ou les douleurs que tu as pu ressentir alors merci de les avoir écrit.
    Voyager seule, c’est la vie !! Et quand je pars voyager seule (j’ai fait le Québec, la Thaïlande, le Portugal, petit tour de France,… seule), les gens me prennent clairement pour une folle. Alors au diable les mauvaises langues et celles qui essayent d’en dissuader.
    On n’a qu’une vie alors vivons-la pleinement !!

    1. A la base, je ne pensais pas tout raconter de ce tour car ma mère me lit 😉 En tout cas bravo à toi pour tous ces beaux voyages également, moi je te prends pas pour une folle !

  7. Merci Laura ! J’adore te lire tu es extra ! Tu ne caches rien, ni quand ça va, ni ça va pas où que tu en as simplement ras le cul ! Ça change tellement de tous ces pseudo blogueurs pour qui tout est parfait ! Tu te dis fausse blogueuse mais tu es surtout une vraie personne avec ses galères et qui n’hésite pas à tout partager ! Ou au contraire à garder les petits moments précieux pour toi ! Merci de me faire partager ses moments ! Continue !!

  8. Je viens de tout lire 🙂
    Un dimanche matin, lendemain d’un trail de nuit, grass mat’ au programme et je me retrouve devant mon ordi à lire ton CR ^^
    Tu écris hyper bien poulette, c’était comme dans un roman avec des passages difficiles où on ressent ce que tu as endurée et des passages heureux où on voit que tu kiff d’être là.
    Je n’avais aucun doute dans tes capacités à finir ce tour du mont blanc. La kniac, tu l’as. L’envie de te dépasser ? tu l’as aussi.
    Tout ça me donne même envie de me lancer dans l’aventure ! Je n’ai presque jamais fais de randonnée, je fais depuis peu du trail et ne connais donc pas trop les difficultés d’un D+
    Mais je vais essayer de soudoyer mon grand frère pour l’accompagner sur ses « petites » randonnées de 4 jours en mode tente, bouff dans le sac à dos et paysages à gogo 😀

    Bravo, bravo, bravo. Tu peux être vraiment fière de toi !

  9. Bravo Laura, tu peux être tellement fière de toi d’avoir été au bout de ces 10 jours, tu t’es je trouve très bien débrouillée, ne serait ce que parce que tu as réussi à ne pas te blesser. Tu as pu te « tromper » dans tes itinéraires et choix mais tu t’en es très bien sortie, tu as repoussé tes barrières et tu es sortie de ta zone de confort comme peu de personnes en sont capables. Tu as vécu une aventure extraordinaire et ça a été un plaisir, mais aussi beaucoup d’émotions que de te lire. J’ai maintenant envie de donner un de nouveau un coup d’oeil à la somptueuse photo que Delphine a fait de toi à ton retour à Lyon, pour mieux comprendre tout ce qui perce dans ton expression, ton regard, ton visage. Peut-être qu’un jour je le ferai aussi, si c’est le cas, je reviendrai te lire, pour l’instant je me contente de mes petits voyages en solo qui m’emmènent déjà bien assez à mes propres limites, mais assurément tu m’as donné envie de voir des sommets.

  10. Wahou! Je viens enfin de lire ton CR! Ayant suivi ta préparation et t’ayant fournit mes documents sur le parcours et le matériel j’avais peur soudainement vouloir le refaire! Bon bah c’est chose faite… Tellement envie d’y retourner!

    Bravo pour ces 10 jours en solo! Pour l’avoir fait avec mon Papa, je me dis que tu es extrêmement courageuse pcq moi sans lui y a bien des fois où j’aurais flanché… sachant qu’on l’avait fait début juillet avec la neige sur les sentiers… D’ailleurs ça fait bizarre de voir certains endroit déneigés 😀

    C’est tellement chouette d’avoir partagé cette expérience avec nous! J’ai retrouvé un peu mes ressentis sur le spaysages, la fatigue, les rencontres… c’est une aventure qui nous change c’est sur! Un bout de moi est resté sur ces chemins et en même temps j’ai trouvé une autre facette de moi!

    Merci encore!

  11. Je viens de finir de lire d’une traite tous tes articles sur le Mont Blanc. J’arrive un peu après la bataille même si j’avais suivi de long ton périple en septembre sur insta. Je commente que très rarement mais devant un tel compte rendu, je me devais de laisser une trace, ne serait-ce que pour le travail que cela a du te demander de retranscrire cette expérience et de trouver les mots justes.
    J’ai été très touchée par ton récit, je ne m’attendais pas à autant de difficultés en ayant vu que de courts extraits sur instagram. Ton écriture est simple, passionnée, authentique et vraie, cela fait du bien ! Au delà de ces articles, je voulais juste te remercier, de la part d’une petite lyonnaise hyperactive, de nous permettre de croire que nos rêves sont accessibles. Bravo pour ce voyage, tu as dû en faire péter des barrières !

    1. Merci beaucoup Clara pour la lecture, tu as tout compris car les barrières sont bien tombées avec ce voyage ! La bise à une autre lyonnaise hyperactif alors 😉

  12. Merci pour ce récit, qui vient cimenter mon envie de me lancer dans l’aventure… Je te suis depuis longtemps sur instagram mais je n’avais pas remarqué tous ces récits, et celui ci m’a particulièrement touchée. Je penserai bien à toi quand je suivrai tes traces dans quelques mois.
    Bravo pour tout ce que tu entreprends et mille merci pour le courage et l’envie de foncer que tu nous envoies! Merci Foufou!

  13. Bravo Foufou tu es la meilleure! Grâce à ton blog et à tes CR tu m’as donné envie de me (re)mettre à la rando en plus de la course à pied, j’ai donc programmé de faire le GR 210 reliant Dieppe à Rouen par étapes cet été. Des randos de 10 à 24 km pour découvrir ma nouvelle région, me dépasser et voir des paysages magnifiques. Il y aura moins de dénivelé que dans tes balades mais je tiens à te remercier pour l’énergie que tu fais passer à tes lecteurs, de nous montrer qu’aucun rêve n’est trop grand pour nous les femmes.
    Merci merci merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Facebook…

Ecris-moi !

[recaptcha size:compact]