Mon raid des Alizés

Une expérience sportive pas comme les autres.

Les dates de cette 2 ème édition, la mienne, je les connais par coeur. Du 15 novembre au 20 novembre 2016, de Paris destination La Martinique, une aventure unique.

Une journée d’adaptation, trois d’épreuves, une dernière de détente, un séjour express mais un souvenir indélibile.

Pas là pour des vacances mais porter les valeurs d’une cause solidaire (moi j’avais choisi L’Association de L’Enfance Pétillante ), la compétition est à l’honneur sur l’île. Au travers d’épreuves classiques des raids nature (VTT, kayak, trail), en équipes 100% féminines, l’occasion de pratiquer de nombreuses activités outdoor mais surtout l’opportunité loin de ses habitudes et de la routine de se découvrir.

Le Raid Des Alizés c’est le dépassement de soi, le respect de la nature, les valeurs du partage et la solidarité entre coéquipières ou vis à vis d’autres teams.

Nous ne sommes pas concurrentes, nous sommes d’abord des Alizés alors on se donne des conseils, on se soutient l’une et l’autre quand on se sent plus faible, on part ensemble, on arrive ensemble. Gloire aux gagnantes mais on ne lâche pas les autres, je me rappelle très bien de cette épreuve de kayak où nous avions galéré… Dernière équipe à se présenter sur la ligne d’arrivée, une haie d’honneur sur la plage, des éclats de voix, des hourras, à l’applaudimètre c’est comme si nous avions gagné.

Mon aventure 2016, jour par jour.

Je me souviendrai longtemps de notre arrivée à l’aéroport de Fort-de-France .

Un accueil chaleureux à l’aéroport avec orchestre et apéro mais des sourires timides, aucune Alizé ne réalisait l’aventure qui l’attendait, et pourtant …

Un bivouac sur un camp de base itinérant, une tente pour 3 trop petite pour accueillir aussi nos sacs, douche à l’eau froide, réveil dans le noir à s’éclairer à la frontale, les nuits mouillées, les pieds dans la boue sur le camp, ronflements des voisines, l’attaque des moustiques, fringues jamais sèches, Koh-Lanta avant même de démarrer les épreuves, de quoi déstabiliser même les filles les plus sportives.

Briefing tous les soirs, annonce seulement la veille des épreuves en détail, pas banal mais idéal pour jouer sur la part de mystère et d’inattendu.

J’avais imaginé à tort qu’on nagerait, qu’on finirait sur le run&Bike, qu’on ferait pas autant de kayak, et finalement voilà le programme.

Jour 1 : Prologue « pour le fun » : kayak 7km

Jour 2 : Matin trail (12km, 550D+), aprèm kayak durant 9km

Jour 3 : Journée trail.

Jour 4 : VTT (15km, 130 D+) + finish kayak, nuit en résidence « Pierre Et Vacances » et remise des trophées.

Jour 5, dimanche : détente avant le retour à Orly à Ste Luce.

Si j’avais eu carte blanche, j’aurais rajouté 2 jours d’épreuve pour encore plus profiter, mais pour le reste, on a le droit de dire que c’était PARFAIT ?

Le sport en dehors des salles de sport.

On est loin des footing les jours d’hiver sur tapis, des cours de zumba en salle de gym, vous pouvez êtes la reine du fitness chez vous, avoir de beaux abdos mais dans la jungle ça ne comptera pas, on s’éclate dans cette compétition si on aime la nature.

Celles qui réussissent sont celles qui s’adaptent. Entre les nuits courtes au confort rustique, les conditions climatiques parfois pluvieuses et le profil surprise de l’épreuve sportive, ce ne sont pas forcément les plus entraînées qui performent mais les plus flexibles.

Le niveau des épreuves est parfois difficile mais me semble pourtant accessible (ça veut rien dire hahaha ). Il faut avoir une pratique sportive évidemment régulière et mettre l’accent dans les dernières semaines sur des entrainements plus spécifiques.

L’épreuve qui m’a marquée et que j’ai préféré

Jour 3 : LE trail au coeur Bouliki. J’écris LE trail en majuscules car c’est pas n’importe quelle épreuve mais celle que vous kifferez autant que vous redouterez. 17KM, 1100D+. Dans la jungle, sous la pluie, parcours très très technique, je ne vous en dis pas plus partageant quelques extraits de ce que j’en ai dit à l’époque sur mon compte Instagram sous cette publication mais je vous incite à lire le CR complet sous celle-ci.

« Cette photo n’est ni belle ni moche, cette photo n’est pas n’importe quelle photo officielle de n’importe quelle course.

Retour en image à l’arrivée d’un des trails les plus chaotiques que j’ai pu vivre, épreuve inoubliable du jour 2 du raid.

Le déluge a tout compliqué, tout aurait pu arriver, je mets quiconque au défi d’affronter les 17kms avec 1100D+ déjà très techniques quand la météo tropicale transforme ton terrain de jeu en boucherie bien dégueu.

Copines à l’infirmerie, moi pas sûre d’être assez solide et puis finalement, seule à travers les éléments, comment ne pas se sentir vivante ? 

Je me suis roulée dans l’eau, j’ai presque rampé dans la boue , je suis passée par toutes les émotions, j’ai ralenti, j’ai accéléré, et puis cet incroyable finish acclamée comme jamais par les autres équipes. 

Si on vient chercher ses limites, lors d’un raid on les trouve, si vous cherchez à les dépasser essayez celui des alizés.

On a pas dit que ce serait facile, que c’était forcément très accessible, mais quel sacré kiff !

Ici on ne joue pas, on se découvre, pas moi Foufou, sans filtre, pas de mimiques, se connaître sous un nouveau jour… »

« Si on vient chercher ses limites, lors d’un raid on les trouve, si vous cherchez à les dépasser essayez celui des alizés » 

J’ai regardé le reportage qui retraçait l’aventure de l’année d’avant durant le vol retour , j’ai dévoré des semaines les photos des autres, j’ai guetté sur facebook chaque nouvelle publication, le pied sur le sol français mais la tête est restée un moment en Martinique.

Des rencontres très très improbables, 180 meumeufs rassemblées autour du sport, de la solidarité, beaucoup de convivialité, je sais ma chance d’être devenue Alizé .

C’est mieux que ce qu’on s’imagine, j’ai eu l’impression d’être dans un film, d’ailleurs il y a un documentaire MAGNIFIQUE qui met en images tout ce que j’ai pu vous dire ici. Tant de détails remontent à la surface mais j’arrête là sinon ça va durer des pages.

J’arrive pas à croire que ça m’est arrivé, que les rêves puissent parfois se réaliser, j’ai participé pour de vrai au Raid Des Alizés.

Et vous alors ???

Je ne rentre pas dans les détails de l’organisation préalable qui nécessite parfois des mois, la persévérance nécessaire à l’obtention du budget par vos fonds propres ou le sponsoring, tous les aspects techniques qui vous intéressent et ont engendré un raz de marée de questions pouvant faire l’objet d’un article entier. Pourquoi pas un jour structurer vos interrogations et vos énoncer toutes mes réponses.

J’ai seulement voulu partager avec vous ce grand et beau souvenir indélébile car de tous les événements sportifs auxquels j’ai participé, le Raid Des Alizés est celui que j’ai trouvé le mieux organisé. Un staff aussi nombreux pour 180 chanceuses, chouchoutées et à tel point encadrées, le pied !

Choisis tes coéquipières, mobilise ton énergie pour rassembler le budget, 100% féminin, 100% solidaire (le classement rapporte de l’argent à l’asso: 300€ dans notre cas), tu ressens l’émotion des autres, tu redécouvres la tienne alors si t’aimes la nature, l’inconnue, que tu kiffes les grands défis, il existe quelque part en Martinique une façon de dépasser ses limites.

Liens pour en savoir plus…

Le site officiel du Raid Des Alizés 

La page Facebook de l’aventure 

L’association de L’enfance Pétillante 

Instagram
Facebook
Facebook
TWITTER
PINTEREST

2 thoughts on “Mon raid des Alizés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Facebook…

Ecris-moi !

[recaptcha size:compact]