Le coming-out de ma cellulite

Les vraies blogueuses ont des rubriques « Food », moi je suis seulement de mauvaise humeur, le premier article sera le COMING-OUT DE MA CELLULITE, oui oui !

Je ne dirais pas que j’ai régressé dans ma tête mais pensant pour la première fois à m’inscrire à un triathlon à l’initiative de mes amis de Spode qui m’ont glissé l’idée, j’y ai pensé et en enfilant une tri fonction, à cause de mes complexes et mes barrières invisibles, j’ai changé d’avis.

J’en aurais pleuré. Pleuré d’être aussi bête de croire que les gens n’ont que ça à faire de se moquer. Me croyant parfois invincible j’ai découvert mon point sensible refusant de me montrer et sortir de la cabine, enroulée dans ce rideau, mon refus de montrer mes cuisses fut définitif.

Face à ma détresse, mes deux amis zinzins ont tenté à leur façon de stopper la gangrène mentale de ma connerie. Regardez-les.

« Tu crois qu’on sera moins ridicule que toi ? Que nous sommes à l’aise avec nos petits bourrelets ? Mais on s’en fout Foufou, ce qui compte c’est qu’on s’amuse ! »

La rigolade générale au magasin, la situation improbable des deux gaillards + moi dans ces tenues tellement fatales, je suis rentrée chez moi avec le smile mais sans savoir pour autant quand je sauterai le pas.

Je me suis réveillée le lendemain, enragée. 

Enragée d’avoir cru que toutes mes barrières étaient tombées alors que ce n’est pas fini.

D’observer les body loveuses de loin et croire que je ne suis pas concernée.

J’assume très bien un casque, porter une combinaison pyjama jaune fluo de Bob L’éponge, je ne crains pas d’être too much, oser être ridicule, zoomer sur les mini bourrelets de mon ventre quand je suis en crop top, me montrer démaquillée, je démontre avec second degré qu’il n’y a pas que la beauté et la minceur dans la vie. 

Je sais pertinemment qu’il n’y a pas qu’un seul modèle, le taux de masse grasse ne déterminera jamais qui on est et pourtant je bloque complètement à l’idée qu’on voie que comme beaucoup de femmes j’ai de la cellulite.

Alors j’ai mis le plus court. 

Et j’ai pris ces photos. Et je suis même allée faire des courses.

Si quelqu’un s’est moqué, si on a dit de moi que j’aurais pas dû en porter, ça n’a rien changé, en revenant chez moi avec twin twin je m’étais éclatée.

Ces photos ? C’est parce que dans l’affaire de l’inscription au fameux triathlon je n’ai pas changé d’avis toujours pour ces putain de raisons esthétiques alors j’ai changé de technique pour arrêter cette spirale de pensées négatives.

Habituellement je les cache, ce qui ne les rend pas moins moches, alors même si de ma part c’est complètement improbable, voici un COMING OUT DE CELLULITE.

Haters je suis prête, l’essentiel c’est que je me sente déjà mieux d’avoir fait péter mes barrières…

Instagram
Facebook
Facebook
TWITTER
PINTEREST

19 thoughts on “Le coming-out de ma cellulite

  1. ça avait été un déchirement quand j’avais vu tes snaps, j’étais tellement triste de te voir tourmentée par ces quelques aspérités sur tes jambes, ces collines et vallons que nous avons toutes, j’avais envie d’hurler : « Mais Foufou ON S’EN FOUT ! ». On s’en fout de ce gras sur la cuisse, tout le monde l’a (sauf dans l’incroyable monde d’instagram où les nanas pètent des paillettes et des câbles car sous alimentées), t’es une femme drôle, intelligente, tu as une force de caractère incroyable, malgré les blessures tu continues de trouver le positif, pas sans difficulté, mais tu y arrives, tu me fais rêver avec tes défis foufous depuis maintenant plus de deux ans, tu me donnes envie de vivre à Lyon et presque d’abandonner mon véganisme quand je vois tes plats défiler sur mon snapchat, tu me fais rire, tu as cette énergie incroyable qui semble séduire tout le monde autour de toi. Je sais que y a des jours où ça veut pas, où d’un coup on est rattrapé par une mauvaise image de soit, un détail qui semble nous catapulter en arrière mais tu as su gérer ça comme une chef, avec courage et brio. Alors je ne sais pas si tu feras ton triathlon mais l y a plusieurs choses à prendre en compte : peut-être que parmi toutes ces combinaisons moches il y en a une moins moche et qui serait presque flatteuse; ensuite pendant un triathlon les gens sont concentrés sur leur effort personne ne te regardera, le public, s’il est au rendez-vous, sera occupé à t’encourager et te féliciter pour le défi que tu es en train de relever; et enfin, est ce que tu vas vraiment laisser ta cellulite, elle qui reflète tous ces frozen yogurt avalés, ces carrot cakes dégustés, ces tartes aux bluebz traquées et tous ces autres moments incroyables de convivialité et de plaisir, t’empêcher de relever un défi ?

    Gros bisous :*

    1. j’ai lu et relu ton commentaire et j’ai une chance de folie que tu m’écrives des trucs aussi gentils. vraiment, ça fait incroyablement du bien !!!
      Continue le veganisme mais à lyon 😉 on a de chouettes adresses aussi 🙂

    2. Je voulais écrire un commentaire mais en fait tout est écrit dans le tiens. Je suis 100% d’accord avec toi!
      Bravo foutrak d’avoir fait péter cette barrière et merci de pointer le doigts sur un sujet tabou qui ne devrait pas l’être. Instagram est beau, c’est une communauté d’entraide et de partage. Mais c’est aussi malheureusement la mise en d’un idéal faussé et un monde de comparaisons et de compétitions. Il faut choisir les « bonnes » personnes à suivre. Moi je t’ai choisi toi, entre autres personnes, pour toutes les raisons qu’a cité Sabine, et aussi parce que tu m’a donné une irrépressible envie de découvrir Lyon ♡

  2. Bonjour Foutrak !
    Je te suis depuis quelques mois sur instagram, et pour être tout à fait honnête, quand j’ai vu ta photo sur IG, je n’ai même pas vu ta cellulite avant de lire le texte ! Je me suis juste dit « Eh mais elle a un beau cul ! » Hahaha. C’est pas très fin, mais ça montre bien que les autres ne sont pas toujours à l’affût du petit détail pour se moquer 😉 Pour ma part, j’ai découvert ce week-end en regardant les photos de ma première course officielle que ma cellulite sur les cuisses se voyait en fait quand même pas mal quand je cours ! Je ne m’étais jamais posé la question… Sur le coup, ça m’a soulé, je me suis sentie bête de me sentir belle dans mon petit short rose fluo, alors qu’en fait ça « bloblotte » de partout. Pour dire la vérité, je sens que ça va me travailler pas mal ces prochains jours… Mais finalement, et surtout, ce que je me dis, c’est que je n’y ai jamais pensé, que je me suis toujours sentie bien (du moins avec mes jambes…) et que je n’ai jamais eu l’impression qu’on se moquait de moi. ET QUE J’ADORE COURIR EN SHORT. Alors, pourquoi se priver ? 😉

    1. Ton message st hein de bon sens et i tu adores courir en short, COURS EN SHORT ! non c’est clair qu’il faut pas se laisser résumer à des potes officielles qui n’épargnent personne !

  3. Je suis très admirative de ce post. J’avais suivi tes aventures sur snapchat et je me suis identifiée à ton complexe. La même sensation de se sentir privée de faire quelque chose juste de peur du regard que peuvent porter les autres. Je travaille depuis plusieurs mois (voire années) sur l’acceptation de soi et le lacher prise sur le regard des autres. Je me lance peut être est ce un pas dans le travail que j’effectue, voilà je suis atteinte d’un lipoedeme de stade 3 qui a été diagnostiqué il y a un an et demi. C’est à priori une anomalie génétique qui fait que je stocke le gras au niveau des jambes. Vous me direz que c’est comme toute les femmes et bien pas vraiment je les stocke de manière anormalement élevée et dans toute la jambe ce qui fait que j’ai énormement de cellulite repartie sur toute la jambe et un gros bourrelet au niveau de la cheville. Je suis très complexée par ces jambes et je ne veux pas mettre de robes courtes ou pantacourts alors que j’adorerais porter ce genre de tenue. Mon lari me dit que c’est dans ma tête que je focalise sur des défauts que personne ne remarquerait. Je ne suis oas totalement convaincue par ce propos. Oui je focalise certainement dessus mais je sais aussi que j’ai fait des tentatives de jupes mi mollets et j’ai percu des regards qui m’ont mise mal à l’aise. Alors là aussi ce n’est qu’une interprétation subjective de leur pensée. Peut être que les gens n’ont pas de temps à perdre à avoir une pensée sur mes jambes. C’est peut être un problème narcissique de penser que les autres sont focalisés sur nos défauts.?
    Tout ca pour dire que ce post est un hyme à l’espoir, de voir que beaucoup de femme n’ont pas un corps parfait mais que l’essentiel n’est pas là. Je suis admirative et il faut l’avouer un brin jalouse et envieuse de cette affirmation de soi.
    Merci d’être toi, merci d’être honnête et sincère, merci d’être une femme normale.

    1. le combat contre moi même commence et malgré tous ces déclics, je sais que ce n’est pas facile. Si toi tu n’arrives pas à te défaire de ce regard des gens, vois le monde avec les yeux de ton mari alors, et interprète la pensée des autochtones comme de la curiosité, du respect de t’assumer mais surement pas de a méchanceté 😉
      Merci à toi pour cette confiance envers moi de me confier un bout de ton témoignage, kiss

  4. J’aimerais avoir ton recul et ton courage … moi ma cellulite, moins on la voit mieux je me porte !! Un jour peut-être je serais aussi courageuse que toi ! Tu es définitivement ma Star Foufou, avec ou sans cellulite 😉 Bisous
    Tata

  5. Ma Foufouuuuu ! Princesse du headband, j’adore ton article.
    Parce que oui, je pense qu’on est tous et toutes concernés. Qu’on déteste certaines parties de son corps ou qu’on ne les assume pas.
    Et même si on avait un corps parfait pour les autres, il ne le sera jamais pour nous. Alors c’est vraiment chouette ce genre de posts et d’articles car M*RDE, c’est notre corps et il nous apporte tellement qu’il faut qu’on l’aime en retour ! Faut arrêter de ne regarder que le physique. Parce qu’au final, le jour où j’vais partir, j’espère bien qu’on ne lira pas sur ma tombe : « Ici repose Lauréline, avec un corps pas top » mais plutôt « Ici dors tranquillou Lauréline, chouette nana quand même 🙂 » aha
    Non franchement, j’aime les gens pour leur personnalité et non pas pour leur physique (bon okay, exception pour Bradley Cooper).
    Je ne te connais pas vraiment personnellement, mais je sais que tu véhicules une telle énergie, une telle positivité que, franchement, meumeuf, ton corps on s’en bat les steaks. T’es Foufou quoi, t’es la nana qui ne lâche rien, qui a eu des hauts et des bas, des blessures mais qui s’est toujours relevée. Tu crois vraiment qu’on s’arrête à ta cellulite ? Qu’on s’est abonnée à ton compte car tu fais des « morning shape » ?
    T’es une vraie nana ! Dans tous les sens. Ton compte est loin d’être un fake, c’est la vie, la vraie. Les marques de sport cherchent toujours des ambassadeurs, je ne sais même pas pourquoi ils te l’ont pas encore proposé (ou peut-être que si mais on sait pas :p) car tu véhicules une vraie image de la vie, et de ce que nous, les gens « ordinaux » devraient avoir comme attitude au quotidien.
    C’est de se faire plaisir, de vivre pleinement, de faire ce dont on a envie (et pas suivre une mode qu’on voit sur les réseaux sociaux) et de remercier tous les jours le ciel pour pouvoir vivre comme on le souhaite 🙂

    Merci à toi ma Foufou & désolée si j’ai été un peu fouilli sur ce commentaire mais j’ai tendance à toujours trop m’étaler ahah

    Des bisous (k)

    1. olala mais ton commentaire punaise !!! je l’ai lu, relu et re-relu tellement que je l’ai kiffé ! tu te rends compte de toute la gentillesse que tu m’envoies ? toute cette gentillesse ?? je vais encore le relire un moment, j’te jure t’es trop au top !!!

  6. Coucou,
    J’ai 31 ans et je découvre peu à peu ton instagram, ton blog et je me dis qu’on a plein de points communs! Et puis surtout comme j’ai parfois l’impression d’être une vieille je te regarde et je me dis mais n’importe quoi je suis djeuns comme Foutrak elle est trop belle et ele déchire. Figure toi que j’ai mis un short pour la première fois de ma vie il y a 2 ans. Et que je n’en mets que en vacances. Loin des gens que je connais en tout cas. Et que c’est nul. Je voudrais courir en short et j’ose pas. Je fais pourtant de la muscu, j’ai fais du voir, j’ai mangé tout bien comme il fallait même en pesant e tu sais quoi, j’ai toujours des petite jambes, et mes mensurations sont toujours les mêmes, et elles sont musclées mais par dessus il y a cette fucking cellulite. Et ce wé j’ai fais mon premier trail et ma premiere pensee en voyant une photo cetait que quand même j’ai des grosses cuisses. Et tu sais quoi c’est débile. Alors pourquoi je te raconte ma vie. Parce que je vois ton article et je me dis ô combien il nous reste d’année à vivre et combien au final notre cellulite ne mérite pas qu’on y pense autant. Qu’au final quand je vois ton insta, quand je lis tes articles, je vois la lumière qui pétille dans tes yeux et un truc qui resplendit autour de toi. Alors tu sais quoi, bah tu m’inspire avec ou sans ta cellulite . Alors merci, merci d’avoir partagé ça parce qu égoïstement je te le dis : tu m’as aidée aujourd’hui. Je crois que je viens de faire un pas de plus vers le short pour courir cet été. FOUTRAK T’ES BELLE. En entier.
    Des bisous

    1. Olala ce message de love n’a rien d’égoïste mais au contraire, je ressens tout ce partage grâce à cette démarche que tu entames que j’ai commencé un peu avant toi et que j’entreprends encore 😉

      Merci si je t’aide malgré moi à faire quelques petits pas si importants, bises ma chère Aude 🙂

  7. Bonjour j’ai exactement le même problème que vous très fine du haut et les jambes plus épaisse voust avez sce qu’on appelle lipoedeme renseignez vous bien car c’est encore méconnue dans le milieu medical

  8. Coucou Foutrak
    J’arrive avec mon com à N+1…
    J’ai adoré ce post… Lire que je ne suis pas seule avec ce complexe
    débile, fait un bien fou.
    On se moque du regard des autres. On est active, on se bouge et c’est bien là le plus important !
    Je continue la lecture de ton site

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Facebook…

Ecris-moi !

[recaptcha size:compact]