Attention, Foufou méchante

Du blabla, un post trop long pour Instagram, de l’humeur, de la mauvaise humeur.

Je crois que je suis gentille.

Je m’intéresse au sport et à plein d’autres domaines et s’il y a plein de moments que je partage, je garde une partie de ma vie très secrète.

Parler de run, de trail, vous embarquer dans des story interminables quand je me perds à la montagne, c’est le choix que j’ai fait pour « ma ligne éditoriale« .​

Le travail, les amours, mes convictions religieuses ou politiques, ça existe mais jamais tant que j’aurai un profil public, c’est beaucoup trop intime.

Je suis très délurée sur Snapchat ou sous certaines de mes publications car je suis comme ça avec mon entourage et dans ma vie sociale mais à la fois, je suis certains jours très discrète car je me protège des dérives en exposant trop son espace personnel.

Je ne donne pas de conseils, j’ai du mal à vous parler de mon parcours (un jour j’ai été obèse mais je ne mets plus de avant/après depuis belle lurette) sur les réseaux sociaux, et sur instagram je ne porte pas de masque mais je ne fais pas étalage de tout ou n’importe quoi.

J’écris beaucoup pour vous et d’abord pour moi mais comme je veux pas me sentir responsable d’avoir dit tout et n’importe quoi sur certains sujets (je ne suis ni nutritionniste ni coach sportif), je me tais.

Quand je publie, je me relis plusieurs fois, et je me demande souvent quel sera l’accueil de mon post et si je n’aurai pas de mauvais commentaires.

Ma hantise est de voir des anonymes ou des comptes privés se moquer ou m’insulter, c’est bête mais j’ai toujours fait en sorte de ne pas les provoquer.

Je sais bien que la connerie est partout, qu’on empêche pas les frustrés de se lâcher mais en tout cas, je croise les doigts car je n’ai jamais eu un seul message mal intentionné. 

Ne pas en dire trop, ne pas tourner mes phrases de façon déplacée, j’équilibre comme je peux pour faire avec les susceptibilités de chacun mais ma marque de fabrique, c’est la légèreté car je prends tout au second degré.

J’ai organisé des « mitop » (rencontres avec des abonnés ), j’ai pris du temps avec vous, je me suis fait des AMIS .

J’ai avancé, j’ai reculé, j’ai essayé, je me suis trompée, et j’espère que les périodes où ça n’allait pas, je vous ai pas trop saoulés.

Le meilleur compliment qu’on puisse me faire, c’est que j’ai la même énergie sur instagram et dans la vie réelle ou que je communique du positif.

Je suis contente qu’on me suive un peu partout sur internet mais c’est important de compter pour de vrai, encore plus pour les gens que j’aime.

Je ne me fâche pas, je n’émets que très peu de désaccords, je m’érige contre LA connerie depuis mon clavier où tout ce qui entrave seulement la liberté.

Le droit des femmes, ce que je pense des hommes, la maternité, l’éducation, la famille, la guerre, tout le reste…si je garde pour moi ces convictions mais que je n’en parle pas, ça ne veut pas dire que je n’ai pas d’opinion…

Je suis des gens avec qui je suis en désaccord, je regarde certaines story et j’hallucine, mais comme dans la vraie vie, quand je ne comprends pas, je m’explique et parfois je le dis, je ne vois pas ce qui est interdit.

Oui, j’ai un certain nombre d’abonnés mais j’ai encore la liberté de m’exprimer. Et s’exprimer sans blesser. Quand on accepte les compliments on prend le risque de la critique et même si jusqu’à maintenant j’en ai été préservée, c’est un risque assumé.

Je m’entends avec tout le monde, je suis décontractée et je rigole beaucoup mais je ne suis pas la pote de 40000 personnes.

Les mots ne sont pas des sentences, mon regard n’est pas un jugement, je ne suis personne, cela n’a pas d’importance, pas de verdict, pas de polémique.

La règle est simple. 

si on me cherche des noises on me trouve, je suis sympa mais pas débile.

Je ne suis ni la victime ni le bourreau, le monde n’est pas divisé en deux camps, ce qui compte n’est pas de savoir si on est le gentil ou le méchant, mais trouver son propre mouvement.

J’ai 31 ans, je suis une fille gentille alors merci de me laisser dire et agir comme j’en ai envie.

Humeur et MAUVAISES HUMEURS, à bon entendeur…

Instagram
Facebook
Facebook
TWITTER
PINTEREST

17 thoughts on “Attention, Foufou méchante

  1. Hello !

    Joli post au travers duquel j’ai le sentiment de lire une personne blessée. J’espère me tromper. On ne se connaît pas, je te suis que sur Instagram et rarement par ici.
    Rien à dire de plus, tu as tout dit. Et perso j’adore ta ligne éditoriale qui ne créée justement pas de polémique.

    Bonne route à toi Foutrak !

  2. Bonne ou mauvaise, on apprécie que tu partage ton humeur. On apprécie en fait que tu partages ce que tu as envie de partager : ni plus, i moins ! Tu n’as de compte à rendre à personne… et c’est parfois la dérive dans laquelle Instagram peut parfois nous laisser plonger. Merci pour ce coup de griffe/coup de gueule/ espace d’honnêteté !

  3. On ne se connaît pas vraiment, on s’est croisé deux trois fois sur les courses mais de ce que j’ai pu voir tu es la meme en « vrai » que sur snap 😉 (j’avoue quand même que quand je te vois, ou quelques uns de tes amis que je suis aussi, je suis un peu impressionnée comme si je rencontrais un people que j’aime lol – Ca doit être mon côté midinette)
    J’espère que tu continueras longtemps à nous régaler de tes posts, authentiques et francs !
    Bises Foufou !

  4. Mais c’est pour ca qu’on t’aimes 😉 ET que je te suis…pas de prise de tête…tu es une  »vraie » fille à qui on peut s’identifier alors change pas et fais des coup de gueule car on en fait toute mais dans notre coin 😉
    Continue !

  5. Tout ce que je peux te dire c’est que moi depuis que je te « suis  » je sens en toi une belle personne , sincère , pas prise de tête .Il n’y a pas de secret être soi même Et cela se ressent . Moi je tiens à te dire merci pour tes stories , tes snaps, la relation que tu as avec mama ,tu me redonnes toujours le sourire.

  6. Je passe rarement ici, mais cet article m’interpelle. Je trouve qu’il est tellement difficile de ne pas tout mélanger sur Instagram et de garder justement son intimité, sa « vraie vie », pour se préserver.
    Les mauvais commentaires sont nombreux sur les réseaux sociaux et il n’est pas simple lorsque l’on en reçoit de faire comme si de rien n’était et de passer outre.
    Et j’aime particulièrement cette petite phrase, simple mais qui veut tout dire 🙂
    « si on me cherche des noises on me trouve, je suis sympa mais pas débile. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur Facebook…

Ecris-moi !

[recaptcha size:compact]